Rapport d’atelier Photographier la faune et la nature de la Baie-James

Du 13 au 17 janvier dernier, j’ai animé un atelier de photographie d’oiseaux et de photo de paysages dans le secteur de la Baie-James. Les participants ont eu de multiples occasions de photographier quatre espèces de Gallinacés : le Lagopède des saules, le Tétras du Canada, la Gélinotte huppée et quelques occasions de photographier le Tétras à queue fine.

Cette année, le troupeau de Caribous n’avait pas encore traversé la rivière La Grande, ce qui fait que nous n’en avons observé aucun. Leur présence au sud de cette rivière varie selon les années et selon l’abondance de basses températures.

Lagopède des saules, Baie-James, janvier 2020

500mm f/4 II; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

J’évalue que nous avons observé plus de 250 Lagopèdes des saules. Le nombre d’individus variait selon les secteurs visités, surtout en fonction de l’habitat. 

Les Lagopèdes se nourrissent principalement des bourgeons de petits arbres et arbustes feuillus, surtout des saules qui se retrouvent en bordure des routes. La présence des oiseaux est donc en fonction de l’habitat et des secteurs où il y a plus de feuillus. 

Comme tous les oiseaux de la famille des Gallinacés, les Lagopèdes doivent ingurgiter du sable ou de petites roches afin de moudre la nourriture qui s’accumule dans leurs gésiers. Ils sont donc souvent posés sur ou en bordure de la route et picorent le sol.

Tétras du Canada mâle, Baie-James, janvier 2020

500mm f/4 II; 1/1000, f/5,6, ISO 800.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors de la première journée d’atelier, nous avons croisé une troupe de cinq Tétras du Canada qui se nourrissaient sur et en bordure de la route. Nous avons été en mesure de les photographier de très près en nous déplaçant lentement.

Nous avons principalement photographié des Lagopèdes des saules dont le plumage hivernal est blanc immaculé. Il est donc important de bien maîtriser l’exposition en mode manuel afin de contrôler l’ajustement de la lumière.

En ajustant bien l’exposition à la prise de vues, soit la combinaison : ouverture, vitesse et ISO, les résultats sont de loin supérieurs ; de plus, nous sauvons un temps important au post-traitement. 

Lagopède des saules, Baie-James, janvier 2020

500mm f/4 II; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Pour obtenir des détails dans le plumage et dans le ciel, il était important de choisir le mode d’exposition manuel. En mode semi-automatique priorité à l’ouverture ou priorité à la vitesse, le posemètre de l’appareil aurait analysé la lumière et ajusté afin d’obtenir du gris moyen. Si nous n’appliquions pas de correction d’exposition, l’image aurait été grisâtre. 

En mode manuel, une fois les trois paramètres de l’exposition déterminés par l’analyse de l’histogramme, le rendu des images est comme celle-ci et nous obtenons des blancs bien exposés et des détails dans les plumes.

Le mercure était plus froid que dans les régions plus au sud, mais comme l’air est plus sec, la sensation de refroidissement était généralement moins intense. 

Le jeudi matin, le mercure indiquait -39°C, mais cela semblait moins froid que le lendemain alors que le mercure était à -29°C, mais que l’humidité de l’air était plus élevée.

Lors de l’atelier, les participants ont appris à photographier à des températures plus froides, mais ont aussi découvert une partie du nord du Québec et ses vastes paysages.

Coucher de soleil, Baie-James, janvier 2020

24-70mm f/2,8 II @ 50mm, f/16, 1/30 sec, ISO 100

Filtre neutre graduel Lee 0,6S

Trépied Vanguard Alta Pro 283 CT, tête Vanguard BBH 200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

À cette période de l’année, le lever de soleil a lieu vers 8 h 15 et le coucher vers 16 h 25. Les journées sont courtes, mais permettent à l’occasion de faire des photos du lever et du coucher de soleil dans la même période de 8 heures.

Mésangeai du Canada, Baie-James, janvier 2020

500mm f/4 II; 1/1250, f/5,6, ISO 400.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous avons croisé la route de quelques Mésangeais du Canada. Celui-ci est venu chercher des croûtes de pain en bordure du véhicule. 

Coucher de soleil, Baie-James, janvier 2020

12-24mm f/2,8 II @ 24mm, f/22, 1/40 sec, ISO 100

Filtre neutre graduel Lee 0,9S

Trépied Vanguard Alta Pro 283 CT, tête Vanguard BBH 200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

Pour m’assurer d’avoir des détails dans les rayons du soleil, j’ai employé un filtre neutre graduel Lee 0,9S.

Lagopède des saules, Baie-James, janvier 2020

500mm f/4 II; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

À certains des sites que nous avons visités, le nombre de Lagopèdes était surprenant. Ceux-ci pouvaient voler d’un arbre à l’autre ou prendre leur envol, ce qui nous a offert des moments photographiques importants.

Lorsque nous étions dans les secteurs de la Baie-James, nous avons couvert en moyenne 250 kilomètres par jour. Dans certains secteurs, il n’y avait que peu d’oiseaux, tandis qu’ils étaient plus nombreux dans d’autres secteurs. 

Cela nous oblige à nous déplacer sur de bonnes distances afin de trouver des bandes d’oiseaux qui nous acceptent dans leur environnement.

Nous avons aussi profité des périodes de déplacements pour découvrir des paysages trop photogéniques pour être ignorés.

Baie-James, janvier 2020

24-70mm f/2,8 II @ 50mm, f/16, 1/30 sec, ISO 100

Filtre neutre graduel Lee 0,6S

Trépied Vanguard Alta Pro 283 CT, tête Vanguard BBH 200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

J’aime bien le positionnement de l’îlot de végétation dans le coin inférieur gauche car cela illustre bien l’isolement vécu dans ces régions nordiques.  

Tout au long de la formation, j’ai porté une attention particulière à la composition des photos afin que les résultats soient les plus artistiques possible. Selon moi, il est plus pratique de faire la bonne composition des images à la prise de vue plutôt qu’à l’ordinateur. Les résultats sont alors plus gratifiants et vous profitez de la résolution maximale de votre boîtier.

Il est possible que j’anime à nouveau cet atelier en 2021. Si vous êtes intéressé par cette formation, je vous invite à communiquer avec moi.

daniel@danieldupont.ca

J’ai publié des photos de l’atelier sur ma page Facebook, ainsi que sur mon compte Instagram. Si vous n’êtes pas membre de Facebook, vous pourrez voir les photos en utilisant le lien suivant : http://on.fb.me/YRG525

Voici des commentaires et des photos prises par les participants à l’atelier ‘’Photographier la faune et la nature de la Baie-James 2020’’.

Lagopède des saules, Baie-James, janvier 2020

100-400mm f/4,5-5,6 II; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Ibrahim Sultanem

Bonjour Daniel,

Merci pour la belle semaine, malgré la longue route, le froid extrême et le peu d’occasions, on a réussi quelques belles photos grâce à toi.

Ibrahim Sultanem

Tétras du Canada femelle, Baie-James, janvier 2020

500mm f/4 II; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Jean racicot

Merci Daniel pour m’avoir fait connaître la région et aussi pour tes conseils avisés. 


Malgré les très longues distances, les températures extrêmes et l’absence de caribous, nous avons pu faire de bonnes photos, surtout des Lagopèdes des saules, les autres espèces étant malheureusement peu présentes lors de notre séjour.

Jean Racicot

Lagopède des saules, Baie-James, janvier 2020

100-400mm f/4,5-5,6 II; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Denis Roussel

Ce fut un stage très intéressant à faire dans des conditions extrêmes (-39° un matin). Daniel a su nous motiver malgré la température et a été de très bon conseil afin de réaliser de belles photos. Deux regrets, n’avoir pas vu les aurores boréales et les Caribous !

Au plaisir de te revoir prochainement

Cordialement

Denis Roussel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *