Rapport d’atelier : La Floride 2017

Du 19 au 24 mars dernier, j’ai animé un atelier semi-privé de photographie d’oiseaux en Floride. Les deux participants ont eu de magnifiques occasions de photographier de nombreuses espèces affichant plusieurs comportements typiques : alimentation, vol, pariade, reproduction, etc.

Pour ma part, j’ai réalisé 10 750 photos en incluant les trois jours de repérage précédant l’atelier. J’ai photographié 62 espèces, dont 28 en vol. J’aurais facilement été en mesure de photographier près d’une vingtaine d’autres espèces, mais nous avons préféré nous concentrer sur des espèces spécifiques.

Lors de cette formation, nous avons beaucoup pratiqué la photo d’oiseaux en vol, ce qui explique le nombre d’espèces photographiées. Nous avons aussi porté une attention particulière à la composition des images, pour créer des photos plus artistiques.

 Grand-Héron-vol-poisson-8-17-7830

Grand Héron et poisson, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/1600, f/5,6, ISO 500.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Cette photo d’un Grand Héron échappant sa proie en vol est possiblement la plus spectaculaire que j’ai réalisée lors de l’atelier en Floride.

J’ai aperçu cet oiseau en vol et j’ai été intrigué par sa position. En effectuant la mise au point, j’ai réalisé que le héron volait avec une proie qu’il venait de capturer et que le poisson était trop lourd et le déséquilibrait. Je n’ai pu effectuer qu’une photo avant que l’oiseau échappe sa proie.

Lors de la formation, nous avons fait deux sorties en aéroglisseur, ce qui était une première pour moi. Ceci nous a permis d’approcher une quinzaine de Milans des marais de très près.

Cette espèce se nourrit essentiellement d’escargots d’eau douce (Apple Snails). Sa proie vivant accrochée à la végétation, juste sous le niveau de l’eau, les milans sont donc concentrés sur des lacs dont le niveau d’eau est fortement contrôlé.

Milan-des-marais-17-6259

Milan des marais mâle et femelle, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2000, f/8, ISO 640.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors de nos deux sorties totalisant 2 h 30, j’ai réalisé 3000 photos de femelles et mâles en vol et perchés. Nous avons aussi observé cette scène ou le mâle se dirige vers la femelle et celle-ci ouvre les ailes pour l’empêcher de se poser sur son dos.

Je connais quelques lacs où vivent des Milans des marais, mais je n’avais jamais été en mesure de les approcher à cette distance. J’étais très heureux lorsqu’un de ces oiseaux passait en vol à portée de ma caméra.

Milan-des-marais-mâle-17-9710

Milan des marais mâle, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2000, f/8, ISO 640.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors de notre deuxième sortie, le pilote a laissé dériver l’aéroglisseur afin d’approcher ce mâle de très près. Cette photo n’a pas été recadrée. 

 Milan-des-marais-mâle-vol-17-9937

Milan des marais mâle, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2000, f/8, ISO 640.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Nous avons aussi eu l’occasion de photographier plusieurs Milans des marais en vol à la recherche d’une proie. Malgré plus de 60 semaines de photos en Floride, les deux sorties en aéroglisseur m’ont permis de réaliser mes meilleures photos à vie de cette espèce.

Lors de l’atelier, les participants ont entre autres amélioré leur capacité à identifier les espèces d’oiseaux en vol, ce qui est important afin de déterminer l’intérêt de sortir rapidement le matériel, ou de poursuivre notre route.

Grande-Aigrette-vol-17-I1706

Grande Aigrette, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2500, f/6,3, ISO 250.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors des quelques jours précédant l’atelier, j’ai eu l’occasion de découvrir une concentration d’échassiers se nourrissant dans un marais. Les oiseaux capturaient des poissons à une vitesse folle. J’ai assisté à plus de 30 captures en moins de 90 minutes. Cette Grande Aigrette prend son envol après avoir capturé un petit poisson.

J’insiste régulièrement sur l’importance de bien ajuster l’exposition. En s’assurant de bien sélectionner la combinaison : ouverture, vitesse et ISO dès la prise de vue,  les résultats sont supérieurs. 

Il est alors possible de sélectionner une valeur ISO élevée sans avoir trop de bruit sur l’image. Si les photos sont sous-exposées à la prise de vue, le bruit a tendance à être beaucoup plus visible. Évidemement, celui-ci sera plus présent sur les boîtiers d’entrée de gamme que sur les boîtiers pros.

Bec-en-ciseau-noir-vol-17-8923

Bec en ciseau noir, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2000, f/5,6, ISO 4000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

En m’assurant d’obtenir la juste exposition à la prise de vue, j’ai été en mesure d’employer une valeur ISO élevée sans obtenir une image granuleuse.

Lors de la semaine d’atelier, nous devions aussi faire une sortie en ponton pour photographier des Balbuzards pêcheurs. Puisque je préfère toujours confirmer le potentiel des sites avant d’y animer un atelier, j’ai effectué une sortie en privé sur le lac avant l’arrivée des participants. J’y ai réalisé mes meilleures photos à vie de balbuzards. J’ai effectué 1700 photos en deux heures sur l’eau.

Malheureusement, lors la journée prévue pour cette sortie, les conditions météo n’étaient pas favorables et nous avons dû annuler l’activité. Cela nous a tout de même permis d’effectuer une deuxième sortie en aéroglisseur sur un lac moins affecté par le vent.

Balbuzard-vol-17-3657

Balbuzard pêcheur, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2000, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors du repérage, j’ai eu l’occasion de photographier cette poursuite entre deux Balbuzards pêcheurs. J’ai aussi photographié quelques oiseaux avec des poissons.

Passerin-nonpareil-mâle-17-2773

Passerin nonpareil, Floride, mars 2017

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/640, f/5,6, ISO 1250.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Nous avons aussi visité des sites que je fréquente depuis maintenant 15 ans et qui ont fait leur preuve. L’un de ces sites héberge le Passerin nonpareil, dont les couleurs du plumage sont incomparables. 

Vous pouviez suivre la semaine de repérage et la semaine d’atelier sur ma page Facebook. J’y ai publié une photo chaque jour, ainsi qu’une vidéo. Vous pourrez aussi y suivre le prochain atelier dans les Canyons américains à partir du 22 avril.

Si vous n’êtes pas membre de Facebook, vous pourrez voir les photos et vidéos en utilisant le lien suivant : http://on.fb.me/YRG525

 

 Groupe_Flo_17-1004

 Dernière rangée : Ibrahim Sultanem ; première rangée, Jean Racicot et Daniel Dupont. 

 

Voici des commentaires et des photos prises par les participants à l’atelier de la Floride 2017.

Aigrette_tricolore-17-3

Grand Héron, Floride, mars 2017

100-400mm f/5,6 II ; 1/1600, f/5,6, ISO 320

Main levée

Photo : Ibrahim Sultanem 

Moqueur-polyglotte-17-5

Moqueur polyglotte, Floride, mars 2017

600mm f/4 II + 1,4x ; 1/1600, f/5,6, ISO 640

Flash et trépied

Photo : Ibrahim Sultanem

Bonjour Daniel,

Merci pour la belle semaine qui m’a permis de revenir avec plein de belles photos.

Ibrahim Sultanem

 

Pygargue_Jean_Web-4

Pygargue à tête blanche immature, Floride, mars 2017

200-500mm f/5,6 II @ 500mm ; 1/2000, f/8, ISO 640

Main levée

Photo : Jean Racicot

Milan-femelle_Web-5

Milan des marais femelle, Floride, mars 2017

200-500mm f/5,6 II @ 500mm ; 1/2000, f/5,6, ISO 320

Main levée

Photo : Jean Racicot

C’était mon premier atelier en Floride. Il fut des plus intéressants et a comblé mes attentes. En plus des précieux conseils pour améliorer la prise de photos, Daniel donne beaucoup d’informations sur les oiseaux: comment les identifier, leur comportement, etc…

Daniel avait très bien préparé l’atelier, ce qui nous a permis de faire face aux caprices de dame nature!

Merci Daniel.

Jean Racicot

Une réflexion sur « Rapport d’atelier : La Floride 2017 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *