L’Afrique du Sud 2020

Du 28 septembre au 7 octobre 2020, j’animerai un safari photo dans le parc Kruger en Afrique du Sud. Lors de ce safari de 10 jours, nous visiterons un vaste territoire dans le parc Kruger et devrions être en mesure de photographier une vingtaine d’espèces de mammifères, dont le Big Five, et entre 50 et 75 espèces d’oiseaux, illustrant une gamme de comportements diversifiés.

Guépards, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x, 1/1250, f/ 5,6, ISO 1600.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Ce que j’ai le plus apprécié du parc Kruger, c’est de ne jamais savoir ce que le prochain kilomètre peut réserver. Lors du safari 2018, nous avons trouvé un Guépard femelle qui entraînait ses deux jeunes à la course.

L’Afrique du Sud 2020

Date du safari : 28 septembre au 7 octobre 2020.

Départ du Québec : 24 septembre 2019.

Retour au Québec : 9 octobre 2019.

Coût : Vous devez prévoir un budget de 7000,00 $ + taxes.

Ceci inclut la formation, l’hébergement (occupation simple), les repas, ainsi que le transport sur place.

Prendre note que le billet d’avion n’est pas inclus. Vous devez prévoir entre 1150,00 $ et 1500,00 $.

Acompte de réservation : 1000,00 $ + taxes.

Paiement final : 1er juillet 2020.

Les frais d’hébergement et de déplacement sur place doivent être payés à l’avance, lorsque je ferai les réservations.

Nombre de places : 6 places, reste 4 places.

Léopard, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 280mm, 1/800, f/ 5,6, ISO 400.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons photographié sept Léopards. Les années précédentes, nous avions croisé la route de six Léopards en moyenne. Celui-ci marchait dans la végétation en bordure de l’une des routes du parc.

Le safari

J’ai déjà fait cinq séjours dans le parc Kruger, totalisant 63 journées de photos. Cela m’a permis d’évaluer le potentiel de ce magnifique territoire.

En 2020, j’en serai à 73 journées d’expérience dans le parc Kruger. Lors des différentes visites, j’ai photographié 25 espèces de mammifères, 2 espèces de tortues, le Crocodile du Nil, ainsi que plus de 100 espèces d’oiseaux.

J’ai roulé plus de 3000 km à chacune de mes visites dans le parc à la recherche des meilleurs endroits pour la photographie. Évidemment, les animaux se déplacent ; néanmoins, les prédateurs fréquentent généralement les mêmes secteurs. Ces visites m’ont permis de découvrir des secteurs qui sont plus que prometteurs et que nous visiterons à plusieurs reprises lors du safari 2020.

Lions, Parc Kruger, octobre 2016

200-400mm f/4 @ 160mm, 1/1250, f/ 5,6, ISO 640

Flash et Better Beamer

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il est possible d’observer des Lions pratiquement dans tous les secteurs du parc, mais certaines régions sont reconnues pour héberger des troupes plus nombreuses.

En participant à ce voyage atelier, vous pourrez enfin réaliser votre rêve : vivre un safari photo en Afrique. L’environnement est très différent de celui auquel nous sommes habitués.

L’un des avantages de participer à ce safari photo avec un photographe professionnel francophone est d’être en mesure de communiquer facilement. De plus, vous améliorerez le côté technique et artistique de vos photos et d’optimiserez l’utilisation de votre temps et de vos énergies.

J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable et cela peu importe  votre niveau de connaissance photographique.

Lors de chaque prise de vues, je m’assurerai aussi que tous les participants obtiennent de bons résultats, tant pour le rendu technique qu’artistique.

Éléphants d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 214 mm, 1/1250, f/ 5,6, ISO 800.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Nous observons des Éléphants d’Afrique pratiquement chaque jour, mais c’était la première fois que j’assistais à une scène d’allaitement d’aussi près. Nous avons tous été émerveillés d’avoir photographié un moment comme celui-là.

J’offrirai un parcours qui nous permettra de visiter plusieurs habitats, incluant les plaines du Nord, ainsi que les zones de plaines arbustives du sud du parc. Ces différents secteurs vous permettront de photographier les espèces vedettes suivantes (Big Five) : le Lion d’Afrique, le Léopard, le Rhinocéros, l’Éléphant d’Afrique et le Buffle. Lors des safaris 2018, nous avons observé et photographié le Big Five à 6 reprises.

Buffle, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 200mm, 1/1000, f/ 5,6, ISO 1250

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il y aurait une population de plus de 35 000 Buffles dans le parc, ce qui en fait l’espèce la plus nombreuse, mais je ne vois pas de grands rassemblements tous les ans. Il est plus présent dans certains secteurs du parc et nous devrions être en mesure de le photographier de près.

Selon les années, surtout en période de sécheresse, il est possible que le niveau d’eau de certains lacs et étangs soit presque à sec. Il est donc important de connaître ceux qui ne seront pas asséchés et qui attireront les animaux.

Le repérage m’a entre autres permis de prendre des notes et de repérer les points d’eau les plus intéressants. J’ai aussi repéré plusieurs sites secondaires pour les différents secteurs que nous visiterons, ce qui assure la réussite du safari.

Vautours africains et Hyènes tachetées, Parc Kruger, octobre 2017

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 1600.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Cinq espèces de Vautours fréquentent le parc Kruger. Le Vautour africain est le plus commun et nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier. En 2017, nous avons photographié ceux-ci sur une carcasse d’éléphant qui avait été tué par un éclair lors d’un orage.

L’horaire est conçu afin de profiter au maximum de votre temps et concentrer les déplacements sur l’heure du midi lorsque la lumière est trop forte pour permettre de bonnes photos. Vous devriez faire plus de 8 heures de photographie par jour.

Rhinocéros blanc, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1250, f/5,6, ISO 300

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Pendant un safari de 10 jours consacré à la photographie, nous devrions rencontrer un minimum de 10 Rhinocéros blancs, possiblement plus. Nous croisons souvent une femelle accompagnée d’un jeune et d’un mâle adulte.

Le matériel recommandé :

Je recommande deux boîtiers pour avoir un remplacement en cas de bris, mais vous pouvez très bien faire ce safari photo avec un seul appareil.

L’idéal est d’avoir un objectif 70-200mm ou similaire pour photographier les gros mammifères comme l’Éléphant d’Afrique et la Girafe que nous observerons de très près.

Un deuxième objectif à focale variable plus puissant comme les 100-400mm, ou 200-500mm, 150-600mm, ou similaire serait intéressant pour les animaux plus éloignés et les oiseaux.

Si vous possédez un téléobjectif plus puissant tel un 500mm f4 ou 600mm f4, je vous recommande de l’apporter pour la photo d’oiseaux plus petits ou plus éloignés. Il est aussi idéal d’employer ces grosses optiques conjointement avec un multiplicateur de focale 1,4x. 1,7x ou un doubleur (2x).

Nous employons fréquemment un flash externe lorsque nous photographions des oiseaux. Si vous en possédez un, je vous recommande de l’apporter. Si vous avez deux flashs, cela assurera une certaine sécurité en cas de bris.

Afin d’éviter les vibrations causées par le moteur diesel du camion safari, nous disposons un sac de fenêtre sur le rebord du véhicule et y appuyions l’objectif, ce qui permet une meilleure stabilité. Vous pourrez vous en procurer un sur mon site internet en cliquant sur le lien suivant : http://www.danieldupont.ca/sac-de-fenetre-bean-bag/

Vous devriez idéalement avoir un ordinateur portable pour faire le transfert de vos photos et un disque dur externe afin d’avoir un minimum de deux copies de sécurité sur place.

Il est évidemment possible de faire le transfert de vos photos après le retour à la maison, mais l’idéal est de le faire sur place et de prendre le temps d’en visionner quelques-unes en fin de journée pour être certain de la qualité technique des photos.

Le coût des cartes mémoires étant beaucoup moins élevé, je vous recommande d’en avoir plusieurs et d’ajuster leur capacité en fonction de la résolution de votre appareil photo.

Phacochère, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 371mm; 1/1600, f/5,6, ISO 400.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Phacochère à un mode d’alimentation particulier puisqu’il doit s’agenouiller afin d’atteindre les herbes basses. Il se déplace ainsi tout en ayant un oeil pour détecter les intrus. Il est une proie de choix pour le Léopard qui est en mesure de monter sa carcasse dans un arbre pour la protéger des Lions et des Hyènes tachetées.

Jour 1 : AM :

Nous débuterons le safari dans un secteur du parc particulièrement productif et fréquenté par plusieurs espèces de mammifères. Nous devrions avoir nos premières occasions de photographier des Hippopotames, des Éléphants d’Afrique, des Phacochères, ainsi que plusieurs espèces d’antilopes.

Hippopotame, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1600, f/ 8, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il est possible de photographier des Hippopotames à plusieurs points d’eau dans le parc Kruger, mais celui que nous visiterons en après-midi permet une grande proximité avec les animaux.

Jour 1 : PM :

Nous visiterons un point d’eau où il est possible de photographier des Hippopotames à très courte distance. Nous devrions aussi être en mesure de photographier plusieurs espèces d’ongulés, dont le rare et furtif Nyala. Lors des safaris en 2018, nous avons photographié plusieurs espèces d’oiseaux, dont le Pygargue vocifère (African Fish Eagle). Nous devrions visiter ce site à plus d’une reprise afin de profiter de la meilleure lumière possible.

Pygargue vocifère, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1600, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

Le Pygargue vocifère est relativement abondant dans le parc et nous devrions avoir quelques occasions de le photographier.

Jour 2 : AM :

Nous débuterons la journée dans l’un des meilleurs secteurs pour photographier les Rhinocéros blancs. Ce secteur est aussi l’un des plus intéressants pour photographier l’Hippotrague noir.

Hippotrague noir mâle, Parc Kruger, octobre 2015

70-200mm f/2,8 II @ 155mm, 1/1250, f/6,3, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le parc Kruger héberge moins de 150 Hippotragues noirs. Cette espèce a la réputation d’être l’une des plus difficiles à observer et à photographier.

Nous n’avons malheureusement pas eu la chance de la photographier en 2016, mais nous avons observé 5 individus en 2017 et quelques individus en 2018. Lors du repérage de 2015, j’avais photographié ce mâle dans une rivière asséchée.

Jour 2 : PM :

En début d’après-midi, nous traverserons un autre secteur particulièrement fréquenté par les Rhinocéros blancs. Nous pourrions avoir la possibilité de photographier une femelle avec son jeune. L’immature demeure avec la femelle jusqu’à l’âge de 4 à 5 ans. Si le rejeton est relativement âgé, un mâle pourrait les accompagner dans l’espoir d’une rencontre intime avec la femelle.

Rhinocéros blanc immature, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 263mm, 1/1600, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Rhinocéros blanc est sujet au braconnage dans le parc et une surveillance constante est de mise pour les protéger. Ce jeune rhinocéros accompagnait sa mère et demeurera avec elle pour les trois premières années de sa vie.

Jour 3 : AM :

En début de matinée, nous retraverserons le secteur particulièrement fréquenté par les Rhinocéros blancs. Par la suite, nous explorerons un secteur beaucoup moins fréquenté du parc, où il est toujours possible de faire des découvertes intéressantes.

Nous visiterons quelques points d’eau qui, selon le niveau d’eau, pourraient être très intéressants. Nous devrions observer et photographier nos premiers Rolliers à longs brins.

Rollier à longs brins, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1250, f/ 5,6, ISO 500

Flash et Better Beamer

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Rollier à longs brins est probablement l’un des plus beaux oiseaux que nous pourrons photographier lors du Safari. J’ai repéré des secteurs où il est relativement abondant.

Jour 3 : PM :

Nous nous déplacerons dans un secteur du parc qui est fréquenté par plusieurs Girafes, ainsi que des Zèbres et des Gnous. L’année dernière, nous y avons photographié une Girafe qui semblait garder des jeunes pendant que les adultes s’alimentaient plus loin.

Gnou à queue noire, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 300mm, 1/1250, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le parc Kruger héberge une population d’environ 9000 Gnous à queue noire. Nous devrions donc avoir quelques occasions de les photographier.

Girafes, Parc Kruger, octobre 2017

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 142mm ; 1/1600, f/8, ISO 800

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il y a plus de 8000 Girafes dans le parc et nous devrions en voir pratiquement tous les jours. Lors de l’un des deux safaris que j’y ai animés en 2018, nous avons été témoins d’une bagarre entre trois individus qui luttaient pour une femelle.

Le mâle de gauche tente de frapper son adversaire avec sa tête en s’en servant comme une massue. Il est fréquent que l’un des adversaires ne survive pas à un combat.

Coucher de soleil, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 241mm; 1/400, f/16, ISO 100

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Nous devrions aussi profiter de notre passage dans ce secteur pour faire des photos de couchers de soleil particulièrement artistiques.

Jour 4 : AM :

Nous débuterons la journée dans un secteur de plaines relativement ouvertes où il est entre autres possible de photographier des Hyènes tachetées très tôt le matin. Nous nous dirigerons vers un immense point d’eau où j’ai photographié plusieurs espèces qui s’abreuvaient, dont l’Éléphant d’Afrique, la Girafe, le Zèbre et plusieurs espèces d’antilopes et d’oiseaux.

Éléphants d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 248mm, 1/1250, f/ 5,6, ISO 800

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lorsque j’ai réalisé cette photo d’un Éléphant d’Afrique bousculant un Éléphanteau, j’ai été bouleversé jusqu’à ce que j’évalue la situation. La femelle repousse le jeune pour qu’il ne s’approche pas du point d’eau pour lui éviter une rencontre fatale avec un Crocodile du Nil

Hyène tachetée, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 300mm, 1/800, f/ 5,6, ISO 1000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons eu de nombreuses occasions de photographier des hyènes allaitant des jeunes en bordure de la route. Leur proximité nous a aussi permis de réaliser des gros plans.

Jour 4 : PM :

Nous nous dirigerons vers le site d’hébergement où nous coucherons durant les trois prochains jours. Nous terminerons la journée à un point d’eau où il est possible de faire des photos de quelques espèces intéressantes, dont l’Hippopotame. Plusieurs espèces d’oiseaux fréquentent aussi l’endroit et il est possible d’y faire des photos de coucher de soleil. 

Martin-pêcheur géant, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm, 1/640, f/ 5,6, ISO 4000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Martin-pêcheur géant est pratiquement de la taille de la Corneille d’Amérique et sa rencontre demeure inoubliable. Nous avons eu l’occasion de photographier celui-ci qui s’était posé au sol à quelques mètres du camion safari afin d’avoir une vue  en surplomb sur lac et des proies potentielles.

Babouin chacma, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1250, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Les Babouins chacmas sont omniprésents dans le parc et nous devrions avoir plusieurs occasions de les photographier, dont des femelles allaitant ou se déplaçant avec leurs jeunes.

Jour 5 : AM :

Cette région étant particulièrement fréquentée par les Léopards, nous profiterons des premières heures d’ensoleillement pour patrouiller les secteurs les plus productifs, où des Léopards auront été observés la veille.

Léopards, Parc Kruger, octobre 2018

70-200mm f/2,8 II @ 110mm; 1/800, f/ 5,6, ISO 400.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Photographier un Léopard avec un 70-200mm à 110mm demeure une expérience mémorable. Celui-ci  était perché dans un arbre en bordure d’un chemin de terre très peu fréquenté. Si nous sommes attentifs et chanceux, nous devrions avoir quelques occasions de les photographier.

Jour 5 : PM :

En début d’après-midi, nous pourrions être en mesure de photographier le magnifique Pigeon du Cap, ainsi que quelques autres espèces d’oiseaux qui s’alimentent dans des arbres fruitiers.

Nous terminerons l’après-midi à la recherche du furtif Guépard.

Guépard, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 107mm, 1/1600, f/5,6, ISO 320

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Guépard est difficile à observer, mais nous circulerons dans les secteurs où ils sont observés dans l’espoir de les immortaliser. Nous en avons photographié lors des safaris de 2015, 2017 et 2018.

Je vérifierai et analyserai régulièrement vos photos directement sur votre appareil tout au long de la journée et je vous conseillerai pour la composition ainsi que pour l’ajustement de la lumière.

Jour 6 : AM :

Nous débuterons la journée à un point d’eau que nous avons déjà visité, mais qui mérite qu’on y retourne à plusieurs reprises. Outre les espèces de mammifères, j’y ai photographié le Vautour africain, le Gymnogène d’Afrique et le magnifique Secrétaire.

Secrétaire, Parc Kruger, octobre 2015

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 200.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lorsque j’ai débuté la préparation des safaris en Afrique, j’ai immédiatement été attiré par cette espèce. Je l’ai cherchée avec application et j’ai réussi à en photographier trois individus en 2015. Nous n’avons pas observé cette espèce en 2017 et à une occasion en 2018.

Impala, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 200

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Impala est l’antilope la plus nombreuse dans le parc Kruger. Selon les évaluations locales, il y en aurait plus de 15 000. Nous l’observons tous les jours et elle demeure la proie préférée des Léopards et des Guépards. J’ai figé celle-ci en pleine course avec trois Pics bœufs agrippés à son pelage.

Pic boeuf, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 500.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Pic bœuf s’alimente sur les plaies des mammifères, ainsi que de parasites qui s’enfouissent dans le pelage de ces bêtes. Nous devrions avoir quelques occasions de les photographier.

Jour 6 : PM :

Nous profiterons de la lumière d’après-midi pour visiter un secteur qui est réputé pour héberger une espèce vedette et furtive que nous ne retrouverons pas partout dans le parc : le Guépard.

Le secteur est aussi fréquenté par les Lycaons (African wild dog), qui sont réputés pour être tout aussi furtifs. Cette espèce chasse en bande.

Lycaon, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 312mm; 1/800, f/5,6, ISO 320

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons croisé la route d’une troupe de Lycaons qui se reposait en bordure de l’une des routes du parc. Les bandes sont généralement constituées d’une dizaine d’individus et il y aurait environ 120 individus dans l’ensemble du parc.

Jour 7 : AM :

Nous nous dirigerons vers le prochain hébergement où nous résiderons pour les trois dernières nuits. Nous traverserons des territoires habités par plusieurs troupes de lions.

Lion, Parc Kruger, octobre 2017

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 340mm; 1/1000, f/ 5,6, ISO 800.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons eu la chance d’observer des lions à plusieurs reprises.

Nous devrions avoir plusieurs occasions de photographier des troupes de Buffles et de Gnous à queue noire, ainsi que des bandes de Zèbres.

Lion immature, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III @ 330mm; 1/1600, f/ 5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors d’un safari photo de 10 jours, nous aurons plusieurs occasions de photographier des Lions. Cet immature n’était nullement dérangé par notre présence.

Jour 7 : PM :

Nous prendrons la route dès l’ouverture des portes pour nous diriger vers le nord du parc afin d’y photographier différentes espèces d’oiseaux, dont le Guêpier à front blanc.

Guêpier à front blanc, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x, 1/1250, f/6,3, ISO 640

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2016, nous avons trouvé une colonie de Guêpiers et nous avons eu de multiples occasions de les photographier. Cette colonie n’était plus active en 2017 et 2018, mais nous visiterons tout de même le secteur à la recherche de cette espèce.

J’ai photographié cet individu sur le site où nous serons hébergés avant d’entrer dans le parc.

Jour 8 : AM :

Nous débuterons la journée dans un secteur reconnu pour la quantité de Guépards qui le fréquente. Le secteur héberge aussi plusieurs Lions, ainsi que des Autruches.

Autruche, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 321mm 1/1250, f/5,6, ISO 1000.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons observé un record de plus de 15 autruches, dont ce mâle qui déambulait sans se préoccuper de notre présence.

Lions, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm, 1/1600, f/5,6, ISO 800.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Nous avons eu le bonheur d’observer et photographier le retour de la femelle et sa rencontre avec ses trois rejetons.

Jour 8 : PM :

Nous terminerons la journée en patrouillant les routes de terre du secteur et en faisant un arrêt à un point d’eau où il est possible de photographier des Hippopotames, des crocodiles, ainsi que plusieurs espèces d’antilopes qui viennent s’y abreuver.

Crocodile, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1250, f/5,6, ISO 320.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2017 et 2018, nous avons eu la chance de photographier un Crocodile du Nil qui venait de capturer un poisson. La fraction de seconde demeure spectaculaire.

Jour 9 : AM :

Nous patrouillerons à nouveau les secteurs les plus propices où des Guépards, Léopards et Lions auront été observés la veille.

Nous ferons un arrêt à un point d’eau où nous avons observé des Lions s’alimentant sur une proie. Dans le secteur, il y avait aussi un rassemblement de nombreux Buffles, Gnous et Zèbres.

Zèbres, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 214mm; 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Les Zébres sont abondants dans le parc et nous devrions en photographier à plusieurs reprises pendant le safari.

Jour 9 PM :

Nous terminerons la journée à un point d’eau qui est reconnu pour la diversité des espèces qui le fréquentent, que ce soit des mammifères ou des oiseaux. Nous serons ainsi à l’abri du soleil, ce qui devrait être apprécié en cette fin de safari.

Jour 10 : AM :

Comme c’est souvent mon habitude lors de la dernière journée d’atelier, nous déciderons en collégialité du secteur que nous préférons visiter. Nous pourrons ainsi consacrer cette journée à la recherche des espèces que nous n’aurions pas encore réussi à photographier.

Nous reprendrons la route en milieu de matinée, en direction du premier site d’hébergement où nous avons couché. Nous traverserons à nouveau un secteur fréquenté par plusieurs troupes de Lions et quelques Léopards.

Hippopotame, Parc Kruger, octobre 2017

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm; 1/320, f/5,6, ISO 10 000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Parc Kruger est un écosystème magnifique et les animaux y sont tellement nombreux qu’il est difficile de prévoir ce que nous pourrons observer et photographier d’une journée à l’autre.

Nous avons photographié cet hippopotame retournant à un point d’eau très tôt le matin. Malgré le poids de la bête, celle-ci semble survoler la route et se déplace avec agilité et à une vitesse surprenante.

Jour 10 : PM :

Nous quitterons le parc vers 17 h pour nous diriger vers l’hôtel où nous passerons la dernière nuit en Afrique.

Les oiseaux du parc Kruger

Nous consacrerons généralement les heures les plus chaudes de la journée à la photographie d’oiseaux. À cette période, les mammifères et les prédateurs sont généralement beaucoup moins actifs, ce qui n’est pas nécessairement le cas des oiseaux.

Nous devrions être en mesure de photographier entre 50 et 100 espèces d’oiseaux, selon la température qui varie d’une année à l’autre. Je vous présente plusieurs espèces que nous devrions avoir l’occasion de photographier.

Outarde kori, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1000, f/ 5,6, ISO 640

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Outarde kori est légèrement plus petite que l’autruche, mais demeure un oiseau impressionnant. Malgré sa taille, nous devrons être attentifs afin de l’observer et la photographier.

Outarde houppette, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Outarde houppette n’est présente que dans la partie la plus dégagée du parc, dans le secteur des plaines. Nous devrions n’avoir que quelques occasions de la photographier.

Jabiru d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2017

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

J’ai photographié le Jabiru d’Afrique à chacun de mes passages dans le parc, mais c’était la première fois que je l’observais d’aussi proche.

Bec-ouvert africain, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Bec-ouvert africain est sensiblement de la même taille que le Grand Héron. Je ne l’avais pas photographié les trois années précédentes et en 2018, nous l’avons observé à plusieurs endroits.

Tantale ibis, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1600, f/5,6, ISO 160

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Tantale ibis est présent en bordure de quelques-uns des points d’eau que nous visiterons. Nous devrions avoir l’occasion de le photographier.

Spatule d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 1000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

La Spatule d’Afrique est présente en bordure de quelques points d’eau, dont l’un où nous passerons en toute fin de journée et où nous pourrions peut-être avoir des occasions similaires.

Aigrette garzette, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/2000, f/5,6, ISO 200

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

L’Aigrette garzette fréquente un marais que nous visiterons à quelques reprises, mais je ne l’observe pas à faible distance chaque année.

Héron cendré, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1600, f/5,6, ISO 640

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Héron cendré pêche en bordure d’un plan d’eau où nous ferons des arrêts en fin de journée. Nous pourrions avoir l’occasion de le photographier à la pêche.

Héron strié, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/800, f/5,6, ISO 1000

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

J’observe le Héron strié chaque année au même point d’eau. Nous devrons être patients afin de tous avoir de bonnes photos.

Bucorve du Sud, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

La Bucorve du Sud est l’oiseau emblème du parc Kruger. Un programme de recherche lui est consacré afin d’étudier ses migrations et sa présence dans le parc. Nous devrions en rencontrer à deux ou trois reprises.

Calao leucomèle, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm, 1/1600, f/5,6, ISO 250

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Calao leucomèle est omniprésent dans le parc et nous serons en mesure de le photographier en gros plan pour saisir la puissance de son regard.

Huppe d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le comportement de la Huppe d’Afrique est similaire à celui du Pic flamboyant, les deux oiseaux s’alimentant au sol de petits insectes qu’ils y attrapent. Sa présence varie d’une année à l’autre.

Ouette d’Égypte, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 250

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Ouette d’Égypte est présente sur la majorité des lacs, étangs et petits points d’eau où nous la photographierons à plusieurs reprises. Selon les années, il pourrait être possible de la photographier avec sa progéniture.

Échasse blanche, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/2000, f/5,6, ISO 250

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Je ne photographie pas l’Échasse blanche chaque année car sa présence est variable à un ou deux points d’eau.

Martin-pêcheur pie, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/2000, f/5,6, ISO 250

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

Le Martin-pêcheur pie fréquente l’un des points d’eau que nous visiterons à plus d’une reprise et nous tenterons de le photographier en action.

Oedicnène vermiculé, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1000, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

L’Oedicnène vermiculé est présent au même point d’eau que le Martin-pêcheur pie et nous devrions avoir quelques occasions de le photographier.

Tourterelle maillée, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 330mm 1/1600, f/5,6, ISO 320

Main levée

Photo : Daniel Dupont

La Tourterelle maillée est présente dans quelques villages d’hébergement, surtout près des points de vente de nourriture où elle attend pour les miettes de table.

Choucador à épaulettes rouges, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 312mm, 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Choucador à épaulettes rouges est aussi présent aux points de restauration dans le parc et nous aurons aussi plusieurs occasions de le photographier.

Francolin de Swainson, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 170mm, 1/1600, f/5,6, ISO 250.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Francolin de Swainson est l’espèce de francolin la plus présente dans le parc Kruger. Nous aurons plusieurs occasions de la photographier.

Pintade de Numidie, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1000, f/5,6, ISO 640

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

La Pintade de Numidie est relativement présente en bordure des routes du parc et nous pourrons obtenir de bonnes occasions de la photographier.

Touraco concolore, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1000, f/5,6, ISO 1000.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Touraco concolore est présent pratiquement partout dans le parc. Le problème sera de le photographier à découvert sans branche obstruant l’oiseau.

Info après réservation :

Je vous enverrai la liste des mammifères et des oiseaux que j’ai photographiés lors de mes visites dans le Parc Kruger, ainsi qu’une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que type de vêtements, chaussures, chapeau, etc…

Hébergement :

Je ferai les réservations d’hébergement pour l’ensemble des participants.

Les repas :

Nous prenons généralement les repas ensemble, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 14h00. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre ou pour faire un court somme réparateur.

Même principe pour le déjeuner : vous pourrez vous joindre à moi et à une partie du groupe ou choisir de manger quelques fruits à votre chambre. L’important est d’être prêt pour le rendez-vous matinal et de ne pas faire attendre le groupe.

Le transport :

L’une des règles les plus importantes du parc est de demeurer dans le véhicule. Il est possible de sortir du véhicule aux endroits indiqués, comme aux aires de restauration.

Nous photographierons principalement du véhicule; je vous recommande donc l’emploi d’un sac de fenêtre.

Pour obtenir plus d’information

daniel@danieldupont.ca