La Gaspésie en juin 2020

Si vous voulez découvrir ou redécouvrir la Gaspésie, cet atelier vous intéressa assurément.

En juin 2020, j’animerai un atelier de photo de paysages et de photo d’oiseaux. Nous ferons principalement des photographies de paysages, mais comme il est impossible de visiter cette magnifique région du Québec sans faire un arrêt à l’île Bonaventure, nous y ferons une journée de photo.

Selon les conditions météo, des périodes de formation théorique pourraient être au programme.

Lever de soleil, Percé, mai 2016

70-200mm f/2,8 @ 200mm; 1/25, f/32, ISO 100

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Nous ferons des photos d’au moins un coucher et un lever de soleil.

La Gaspésie en juin

Date : 24 au 28 juin 2020.

Nombre de places : 8 places.

Prix : 1250,00 $ + taxes.

Il est possible de faire du covoiturage; j’ai quatre places de disponibles.

Le coût est : 350,00 $ + les taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 500,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

  • Comprendre et saisir la lumière 1.
  • Les structures de l’image 1.
  • La photo panoramique.
  • L’utilisation des filtres neutres.
  • Améliorer votre créativité
  • L’utilisation du flash externe
  • Améliorer vos photos d’oiseaux.

Matériel recommandé pour la photo de paysage :

Objectifs : 16-35mm, 24-70mm, 70-200mm ou équivalent.

Trépied : essentiel.

Télécommande : fortement recommandée.

Filtre polarisant : très fortement recommandé.

Filtre neutre : fortement recommandé.

Filtre neutre graduel : très fortement recommandé, il permet d’équilibrer la luminosité du ciel et du sol.

Matériel recommandé pour la photo d’oiseaux :

Objectif : 70-200mm,100-400mm, 200-500mm, 300mm, 500mm ou similaire.

Trépied : très fortement recommandé.

Flash externe et Better Beamer : fortement recommandé.

Pour réservation : 

daniel@danieldupont.ca

Chute, Gaspésie, mai 2016

16-35mm f/2,8 @ 26mm; 10 sec, f/11, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre Lee little Stopper

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons un minimum de trois sites où nous pourrons faire des photos de chute en vitesse lente.

Nous prendrons la route tôt le lundi matin et ferons un premier arrêt au Parc du Bic au milieu de la matinée. J’ajusterai le trajet en fonction de la météo prévue du côté du Golfe du Saint-Laurent ou de la Baie-des-Chaleurs.

Je prévois que nous débutions par la Baie-des-Chaleurs, mais si de la pluie est prévue dans ce secteur, nous débuterons par la côte du Saint-Laurent.

Chute, Gaspésie, août 2015

70-200mm f/2,8 II @ 102mm; 0,8 sec, f/16, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre Lee Little Stopper

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Gaspésie, mai 2016

24-70mm f/2,8 II @ 30mm; 20 sec, f/13, ISO 100

Filtre polarisant, filtre Lee Little Stopper

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Lors des divers arrêts de photo de paysages, j’insisterai sur la composition et sur l’ajustement de l’exposition.

Nous ferons plusieurs arrêts photo dans la Vallée de la Matapédia et poursuivrons  dans le secteur de Carleton. Nous ferons aussi plusieurs arrêts pour photographier des ports de pêche, aussi que des paysages typiques de la Gaspésie.

Gaspésie, mai 2015

24-70mm f/2,8 II @ 88mm; 1/15 sec, f/16, ISO 100

Filtre polarisant

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

Pendant l’atelier, j’insisterai sur l’importance de la structure des photos ainsi que sur les strates de l’image.

Selon l’intérêt des participants, nous ferons un ou deux levers et couchers de soleil. Une journée de photo sur l’île Bonaventure pour photographier la colonie de Fous de Bassan est aussi au menu de l’atelier. Nous profiterons de notre passage sur l’Île pour photographier d’autres espèces d’oiseaux, dont le Guillemot à miroir, le Guillemot marmette, le Petit Pingouin et la Mouette tridactyle en vol. Lors des déplacements sur l’île, il est possible d’observer et de photographier quelques espèces de Parulines. Nous ferons aussi des photos de paysages lors du passage sur l’Île.

Fou de Bassan, Gaspésie, mai 2016

500mm f/4; 1/2000, f/8, ISO 250

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Il n’est pas nécessaire d’avoir une optique très puissante pour photographier des Fous de Bassan au nid. Lors de cette partie de l’atelier, j’insisterai sur le mode d’exposition à utiliser pour obtenir une bonne analyse de lumière et des détails dans les blancs.

Sterne pierregarin, Gaspésie, juin 2015

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/1600, f/5,6, ISO 200

Main levée

Photo: Daniel Dupont

La Sterne pierregarin niche en Gaspésie. Nous pourrions donc avoir des occasions de la photographier au repos ou en vol.

Nous poursuivrons l’atelier par une visite dans le secteur du Parc national Forillon où nous  photographierons : chute, phare, plages et paysages marins typiques de la pointe de la Gaspésie.

Phare, Gaspésie, mai 2016

24-70mm f/2,8 II @ 70mm; 3,2 sec, f/16, ISO 100

Filtre polarisant, filtre Lee Little Stopper

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Île Bonaventure, Gaspésie, mai 2016

70-200mm f/2,8 II @ 88mm; 1/200 sec, f/8, ISO 200

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Nous ferons quelques arrêts pour photographier des maisons colorées, des granges et de vieux bâtiments typiques de la Gaspésie.

Nous ferons aussi un arrêt dans le secteur de Sainte-Anne des Monts pour de la photo de paysage et peut-être même d’Arlequin plongeur. Dans ce secteur, il est possible de photographier cascades, chutes et paysages de montagnes. De plus, en bordure du fleuve, nous serons en mesure de créer des images en vitesse lente des mouvements d’eau en fonction de la marée. Nous ferons aussi des photos du coucher de soleil.

Coucher de soleil, Gaspésie, mai 2016

70-200mm f/2,8 II @ 182mm ; 1/3 sec, f/5,6, ISO 200

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Pour obtenir la juste exposition pour cette photo, j’ai dû me fier à l’histogramme. J’expliquerai comment bien analyser le graphique et définir les paramètres de l’exposition.

Nous passerons la dernière journée d’atelier à faire de multiples arrêts en bordure du fleuve pour capter de magnifiques photos de paysage, dont un ou deux arrêts pour des photos de chutes ou de cascades.

En fonction de la météo, il est possible que j’offre certaines formations théoriques adaptées aux besoins des participants.

Nous serons de retour à Québec en début de soirée du vendredi 1er juin.

Phare, Gaspésie, mai 2016

24-70mm f/2,8 II @ 28mm; 1/20 sec, f/16, ISO 100.

Filtre polarisant

Trépied Vanguard Alta pro 283 CT et tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Lors de l’atelier, nous ferons plusieurs arrêts pour photographier des phares.

Espèces possibles : Fou de Bassan, Guillemot à miroir, Guillemot marmette, Petit Pingouin, Mouette tridactyle, Goéland à bec cerclé, Goéland marin, Goéland argenté, Arlequin plongeur, Grand Héron, Bihoreau gris, Bruant des prés, Pluvier kildir.

Info après réservation :

À la suite de votre réservation, je vous remettrai des informations plus détaillées concernant l’horaire prévu. Je ferai les réservations d’hôtel pour l’ensemble des nuits et je vous confirmerai vos réservations plusieurs semaines avant le départ.

Je vous enverrai aussi une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier :  matériel photo, ainsi que types de vêtements, bottes, chaussures, etc.

Les repas :

Nous prendrons les déjeuners à l’hôtel; ils sont généralement compris dans le prix de la chambre.

Nous prenons les dîners ensemble, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 13h30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre.

Pour le repas du soir, vous êtes libre de souper avec le groupe, mais si vous préférez un autre restaurant, ou que vous êtes accompagné de votre conjoint ou conjointe, vous serez libres de vos choix.

Le transport :

Pour faciliter les déplacements, nous nous déplaçons en convoi. Je fournis une radio mobile pour chaque véhicule, ce qui permet de rester en contact avec le groupe. Tout au long du parcours, j’indique la route que nous emprunterons.

La Gaspésie en juin

Date : 24 au 28 juin 2020.

Nombre de places : 8 places.

Prix : 1250,00 $ + taxes.

Il est possible de faire du covoiturage; j’ai quatre places de disponibles.

Le coût est : 350,00 $ + les taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 500,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Matériel recommandé :

Objectif : 16-35mm, 24-70mm, 70-200mm,100-400mm, 300mm, 500mm et similaire.

Trépied : très fortement recommandé.

Déclencheur à distance : fortement recommandé, mais pas essentiel.

Filtre polarisant : recommandé, mais pas essentiel.

Filtre neutre : recommandé, mais pas essentiel, surtout si vous avez un filtre polarisant.

Pour réservation : 

daniel@danieldupont.ca

Photographier l’Islande en juin 2020

Du 30 mai au 6 juin 2020, j’animerai un voyage atelier de photo de huit jours en Islande. L’atelier sera consacré à la photo de nature : oiseaux et paysages. Nous immortaliserons les paysages spectaculaires que cette île volcanique peut offrir.

Nous porterons une attention particulière aux nombreuses chutes, cascades, rivières, ainsi qu’aux glaciers. Lors de l’atelier 2019, j’y ai fait plus de 8949 photos en 10 jours de prise de vues.

L’atelier sera consacré à la photo de paysage, mais nous ferons aussi des photos animalières, selon la présence des oiseaux et l’observation possible de Caribous.

Nous ferons aussi des arrêts afin de photographier des moutons et des chevaux, qui sont omniprésents en Islande.

Gullfoss, Islande, mai 2019

70-200mm f/2,8 II @ 95mm; 1/4 sec, f/22, ISO 100

Filtre neutre Lee Little Stopper, filtre neutre graduel Lee 0,6S

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Photo: Daniel Dupont

La chute de Gullfoss est assurément l’une des plus impressionnantes que j’ai observées. Il est facile de comparer la dimension de la cascade à la taille des gens qui marchent sur le sentier.

Photographier l’Islande en juin 2020

Date : 30 mai au 6 juin 2019.

Nombre de places : reste 2 places.

Coût : 2250,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $ + taxes.

Solde dû : 1er avril 2020.

Covoiturage : Je ferai la location d’un minibus et le coût est de 750,00 $ + taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 1250,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Le coût de la vie est très élevé en Islande : l’essence est à près de 3,00 $ le litre. Vous devez prévoir entre 80,00 et 100,00 $ par jour pour les repas et de 175,00 $ à 300,00 $ par jour pour l’hébergement selon la ville où nous coucherons.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Chute, Islande, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 1,3 sec, f/16, ISO 100

Filtre neutre Lee Little Stopper

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Photo: Daniel Dupont

Cette chute est assurément la plus spectaculaire que j’ai observée lors de tous mes voyages. Un passage permet de se rendre derrière celle-ci pour réaliser des photos. L’imperméable est de mise et la sensation est magique, mais ce site requiert une certaine mobilité pour s’y rendre.

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Glace et plage de sable noir, Islande, mai 2019

70-200mm f/2,8 II @ 140mm; 1/3 sec, f/18, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre Lee 0,9, filtre neutre graduel Lee 0,6H

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Photo: Daniel Dupont

L’intérêt premier de cet atelier est de photographier les magnifiques paysages côtiers de l’Islande. Nous coucherons deux nuits à proximité de ce secteur afin d’y faire plus d’une visite. En fonction de la météo, nous pourrions tenter d’y photographier un coucher de soleil.

Matériel recommandé pour la photo de paysage :

Objectifs : 16-35mm, 24-70mm, 70-200mm ou équivalent.

Trépied : essentiel.

Télécommande : fortement recommandée.

Filtre polarisant : essentiel.

Filtre neutre : très fortement recommandé.

Filtre neutre graduel : très fortement recommandé; il permet d’équilibrer la luminosité du ciel et du sol.

Matériel recommandé pour la photo animalière :

Objectif : 70-200mm,100-400mm, 200-500mm, ou similaire.

Trépied : très fortement recommandé.

Flash externe et Better Beamer : recommandé.

Pour réservation : 

daniel@danieldupont.ca

Glacier Jokulsarlon, Islande, mai 2019

70-200mm f/2,8 II @ 142mm; 1/80 sec, f/11, ISO 100

Filtre neutre graduel Lee 0,6S

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons le secteur du glacier Jokulsarlon à plus d’une reprise afin d’y photographier des icebergs qui s’en détachent. Nous avons eu cette lumière et ce positionnement des glaces à notre deuxième passage.

Cette période de l’année coïncide aussi avec la nidification et nous devrions avoir de nombreuses opportunités pour photographier plusieurs espèces d’oiseaux, dont : Sterne arctique, Eider à duvet, Fulmar boréal, Huîtrier pie, Barge à queue noire, etc.

Bergerie, Islande, mai 2019

70-200mm f/2,8 II @ 95mm; 1/40 sec, f/11, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre graduel Lee 0,6S

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Photo: Daniel Dupont

Lors de nos déplacements, nous ferons de nombreux arrêts en prenant soin d’intégrer des éléments architecturaux dans nos compositions. Cette bergerie offrait un potentiel photographique intéressant.

L’Islande est un immense rocher. Son passé volcanique est responsable de plusieurs coulées de lave qui sont encore visibles. La population de l’Islande est de 330 000 résidents et 1,6 million de personnes visitent le pays chaque année.

Chute, Islande, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 1/4 sec, f/22, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre Lee 0,9

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

Nous passerons la nuit à quelques minutes de cette chute afin d’y être tôt le matin, avant l’affluence des touristes.

Moi qui aime photographier des chutes et des cascades, j’ai été servi à souhait, car elles y sont innombrables. Nous visiterons les plus spectaculaires, mais aussi des chutes moins connues et très photogéniques. J’ai été fortement impressionné par le potentiel photographique et photogénique de l’Islande.

Nous débuterons et terminerons l’atelier à Reykjavik. La formation sera concentrée dans la partie sud de l’Islande, soit de la péninsule Snaefellsnes (village d’Anarstapi), jusqu’à la petite ville de Hofnn.

Nous couvrirons ainsi la plus belle partie de l’Islande et environ 750 km de côte entre les deux villes. Nous devrions rouler entre 1500 km et 2000 km au total de ce voyage atelier.

Arche, Islande, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 17mm; 5 sec, f/22, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre Lee Little Stopper, filtre neutre graduel Lee 0,6H

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Cette arche est spectaculaire à photographier. Selon la marée, les vagues passent par l’arche principale et par la petite arche secondaire du côté droit d’où l’eau s’écoule en cascadant sur les rochers.

Chèvres, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 158mm; 1/1000 sec, f/8, ISO 200

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Les chèvres et moutons font partie du paysage islandais et ils sont virtuellement dans tous les champs. Nous devrions avoir de multiples occasions d’en photographier.

L’atelier :

L’avantage de participer à un atelier photo avec un photographe professionnel est d’optimiser l’utilisation de votre temps, de vos énergies et d’améliorer les côtés techniques et artistiques de vos photos. J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable.

Paysage côtier, Islande, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 70mm; 1/2 sec, f/22, ISO 100

Filtre neutre Lee Little Stopper, filtre neutre graduel Lee 0,6S

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons plusieurs sites où il est possible de photographier des colonnes rocheuses sortant littéralement de la mer.

Pendant l’atelier, j’expliquerai les meilleures techniques pour réussir vos photos de nature. Que ce soit dans le cas d’un paysage, d’un Caribou des bois, d’un mouton, d’un cheval ou d’un oiseau, j’adapterai la théorie en fonction des sujets photographiés.

Chevaux, Islande, juin 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 114mm; 1/1600 sec, f/5,6, ISO 400

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons des secteurs d’Islande où il est possible de photographier des chevaux. J’insisterai alors sur l’importance de savoir réagir rapidement en fonction des scènes à photographier.

Puisque nous serons principalement en milieu maritime, il pourrait y avoir des journées où le ciel sera relativement couvert et y avoir des averses. Il est donc important d’avoir une gaine de protection contre la pluie pour votre matériel photo, ainsi que des bottes de pluie.

Chapelle, Islande, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 67mm; 1/80 sec, f/16, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

Nous ferons quelques arrêts afin de photographier de petites chapelles et églises.  

Les habitudes de vie des Islandais diffèrent des nôtres et sont moins axées sur la productivité. Les commerces ouvrent rarement avant 10 AM et ferment majoritairement à 17h.

Nous débutons généralement les journées entre 7h et 8h, selon la météo et l’endroit où nous avons couché. Les déjeuners inclus avec les hébergements sont rarement servis avant 8 h.

Nous tenterons de faire des photos d’un ou deux couchers de soleil, qui sont tardifs à cette période de l’année. J’ajusterai l’horaire en fonction des conditions météo.

Lupins, Islande, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 44mm; 1/125 sec, f/16, ISO 100

Filtre polarisant, filtre neutre graduel Lee 0,6H

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Selon les années, les Lupins peuvent être omniprésents ou simplement en dormance en attente d’un climat plus doux. Lors de mon premier passage, il n’y en avait pratiquement pas et l’année dernière, la température étant plus chaude, ils abondaient.

Photo d’oiseaux :

Lors du repérage, j’ai photographié 35 espèces et lors de l’atelier 2019, nous avons photographié 29 espèces d’oiseaux. L’atelier ne sera pas orienté vers la photo d’oiseaux, mais nous y consacrerons certains efforts en fonction de l’intérêt de la majorité du groupe et de la présence d’espèces intéressantes.

Grive mauvis, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/10, ISO 500

Main levée

Photo: Daniel Dupont

La Grive mauvis est aussi présente en Islande que le Merle d’Amérique au Québec. J’ai photographié celle-ci devant l’un des hôtels où nous avons couché.

Huîtier pie, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/1000 sec, f/8, ISO 400

Main levée de la voiture

Photo: Daniel Dupont

L’Huîtier pie est omniprésent sur l’île. Nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier.

Barge à queue noire, Islande, mai 2018

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 1000

Main levée de la voiture

Photo: Daniel Dupont

La Barge à queue noire est présente dans plusieurs secteurs de l’île. Nous devrions avoir quelques occasions de la photographier.

Chevalier gambette, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/5,6, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Je n’ai observé le Chevalier gambette que dans quelques secteurs de l’île. Nous devrions l’observer, mais je ne peux garantir les opportunités de le photographier.

Courlis corlieu, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/5,6, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Courlis corlieu est présent en bordure et dans l’estuaire du Fleuve Saint-Laurent à l’automne, mais il est plus facile d’approche en Islande.

Sterne arctique, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

J’ai repéré quelques endroits où niche la Sterne arctique et nous devrions avoir quelques occasions de la photographier.

Fulmar boréal, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 164mm; 1/2000 sec, f/8, ISO 400

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Fulmar boréal est relativement abondant et sa présence près des côtes m’a surpris. Nous devrions être en mesure de le photographier à quelques reprises en vol et peut-être aussi posé sur l’eau et cela de très près.

Mouette rieuse, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 271mm; 1/2000 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Je n’ai observé la Mouette rieuse qu’à deux sites que nous visiterons pour y photographier d’autres espèces maritimes.

Goéland brun, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Goéland brun n’est observé que quelques fois par année au Québec, généralement sur la Basse-Côte-Nord et en Gaspésie. Nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier durant ce voyage atelier.

Eider à duvet mâle, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors de l’atelier de 2019, nous avons approché un groupe d’Eiders à duvet qui paradaient pour séduire des femelles. Ceux-ci étant en bordure de l’eau, nous les avons photographiés avec un 100-400mm.

Oie cendrée, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 255mm; 1/2000 sec, f/5,6, ISO 400

Main levée

Photo: Daniel Dupont

J’ai découvert un site où il est possible de photographier cette espèce de relativement près. Nous y ferons un minimum d’une visite.

Bernache nonnette, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

La Bernache nonnette est généralement observée quelques fois à l’automne au Québec. Un certain nombre d’individus nichent en Islande et nous pourrions avoir l’occasion de la photographier en vol et peut-être aussi avec des poussins.

Phalarope à bec étroit, Islande, mai 2019

100-400mm f/3,5-5,6 II @ 300mm; 1/2000 sec, f/5,6, ISO 400

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors du repérage effectué en 2018, j’avais découvert un marais où il était possible de photographier des Phalaropes à bec étroit. Cette année, il y en avait plusieurs qui s’alimentaient au même endroit et nous avons tous été en mesure de les photographier.

Info après réservation :

À la suite de votre réservation, je vous remettrai des informations plus détaillées concernant l’horaire prévu, ainsi que les villages où nous coucherons. Je ferai les réservations d’hôtel pour l’ensemble des nuits et je vous confirmerai vos réservations avant le départ.

Je vous enverrai aussi une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que types de vêtements, bottes, chaussures, tuque, etc.

Les repas :

Nous prendrons les dîners ensemble, souvent constitués d’un lunch, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de ces périodes. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 13h30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre.

Pour le repas du soir, nous devrions les prendre principalement au restaurant du site où nous serons hébergés. Nous prendrons la majorité des déjeuners à l’hôtel, mais aussi quelques-uns sur la route en fonction du type d’hébergement.

Le transport :

Pour faciliter les déplacements, je ferai la location d’un minibus; le coût est de 750,00 $ par personne + taxes. Si vous préférez, il est aussi possible que vous fassiez une location de véhicule et que nous roulions en convoi. Je fournis alors une radio mobile pour chaque véhicule, ce qui permet de rester en contact avec le groupe. Tout au long du parcours, j’indique la route que nous emprunterons.

Photographier l’Islande en juin 2020

Date : 30 mai au 6 juin 2019.

Nombre de places : reste 2 places.

Coût : 2250,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $ + taxes.

Solde dû : 1er avril 2020.

Covoiturage : Je ferai la location d’un minibus et le coût est de 750,00 $ + taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 1250,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Le coût de la vie est très élevé en Islande : l’essence est à près de 3,00 $ le litre. Vous devez prévoir entre 80,00 et 100,00 $ par jour pour les repas et de 175,00 $ à 300,00 $ par jour pour l’hébergement selon la ville où nous coucherons.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

L’Afrique du Sud 2020

Du 21 au 30 septembre 2020, j’animerai un safari photo dans le parc Kruger en Afrique du Sud. Lors de ce safari de 10 jours, nous visiterons un vaste territoire dans le parc Kruger et devrions être en mesure de photographier une vingtaine d’espèces de mammifères, dont le Big Five, et entre 50 et 75 espèces d’oiseaux, illustrant une gamme de comportements diversifiés.

Guépard, Parc Kruger, septembre 2019

500mm f/4 II + 1,4x, 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Ce que j’ai le plus apprécié du parc Kruger, c’est de ne jamais savoir ce que le prochain kilomètre peut réserver. Lors du safari 2019, nous avons photographié des Guépards à deux reprises.

L’Afrique du Sud 2020

Date du safari : 21 au 30 septembre 2020.

Départ du Québec : 18 septembre 2020.

Retour au Québec : 2 octobre 2020.

Coût : Vous devez prévoir un budget de 6750,00 $ + taxes.

Ceci inclut la formation, l’hébergement (occupation simple), les repas, ainsi que le transport sur place.

Prendre note que le billet d’avion n’est pas inclus. Vous devez prévoir entre 1150,00 $ et 1500,00 $.

Acompte de réservation : 1000,00 $ + taxes.

Paiement final : 1er juillet 2020.

Les frais d’hébergement et de déplacement sur place doivent être payés à l’avance, lorsque je ferai les réservations.

Nombre de places : 6 places, reste 2 places.

Léopard, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 280mm, 1/800, f/ 5,6, ISO 400.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons photographié sept Léopards. Les années précédentes, nous avions croisé la route de six Léopards en moyenne. Celui-ci marchait dans la végétation en bordure de l’une des routes du parc.

Le safari

J’ai déjà fait six séjours dans le parc Kruger, totalisant 73 journées de photos. Cela m’a permis d’évaluer le potentiel de ce magnifique territoire. Lors des différentes visites, j’ai photographié 25 espèces de mammifères, 2 espèces de tortues, le Crocodile du Nil, ainsi que plus de 100 espèces d’oiseaux.

J’ai roulé plus de 3000 km à chacune de mes visites dans le parc à la recherche des meilleurs endroits pour la photographie. Évidemment, les animaux se déplacent ; néanmoins, les prédateurs fréquentent généralement les mêmes secteurs. Ces visites m’ont permis de découvrir des secteurs qui sont plus que prometteurs et que nous visiterons à plusieurs reprises lors du safari 2020.

Lions, Parc Kruger, octobre 2016

200-400mm f/4 @ 160mm, 1/1250, f/ 5,6, ISO 640

Flash et Better Beamer

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il est possible d’observer des Lions pratiquement dans tous les secteurs du parc, mais certaines régions sont reconnues pour héberger des troupes plus nombreuses.

En participant à ce voyage atelier, vous pourrez enfin réaliser votre rêve : vivre un safari photo en Afrique. L’environnement est très différent de celui auquel nous sommes habitués.

L’un des avantages de participer à ce safari photo avec un photographe professionnel francophone est d’être en mesure de communiquer facilement. De plus, vous améliorerez le côté technique et artistique de vos photos et d’optimiserez l’utilisation de votre temps et de vos énergies.

J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable et cela peu importe  votre niveau de connaissance photographique.

Lors de chaque prise de vues, je m’assurerai aussi que tous les participants obtiennent de bons résultats, tant pour le rendu technique qu’artistique.

Éléphants d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 214 mm, 1/1250, f/ 5,6, ISO 800.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Nous observons des Éléphants d’Afrique pratiquement chaque jour, mais c’était la première fois que j’assistais à une scène d’allaitement d’aussi près. Nous avons tous été émerveillés d’avoir photographié un moment comme celui-là.

J’offrirai un parcours qui nous permettra de visiter plusieurs habitats, incluant les plaines du Nord, ainsi que les zones de plaines arbustives du sud du parc. Ces différents secteurs vous permettront de photographier les espèces vedettes suivantes (Big Five) : le Lion d’Afrique, le Léopard, le Rhinocéros, l’Éléphant d’Afrique et le Buffle. Lors des safaris 2018, nous avons observé et photographié le Big Five à 6 reprises.

Buffle, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 200mm, 1/1000, f/ 5,6, ISO 1250

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il y aurait une population de plus de 35 000 Buffles dans le parc, ce qui en fait l’espèce la plus nombreuse, mais je ne vois pas de grands rassemblements tous les ans. Il est plus présent dans certains secteurs du parc et nous devrions être en mesure de le photographier de près.

Selon les années, surtout en période de sécheresse, il est possible que le niveau d’eau de certains lacs et étangs soit presque à sec. Il est donc important de connaître ceux qui ne seront pas asséchés et qui attireront les animaux.

Le repérage m’a entre autres permis de prendre des notes et de repérer les points d’eau les plus intéressants. J’ai aussi repéré plusieurs sites secondaires pour les différents secteurs que nous visiterons, ce qui assure la réussite du safari.

Vautours africains et Hyènes tachetées, Parc Kruger, octobre 2017

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 1600.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Cinq espèces de Vautours fréquentent le parc Kruger. Le Vautour africain est le plus commun et nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier. En 2017, nous avons photographié ceux-ci sur une carcasse d’éléphant qui avait été tué par un éclair lors d’un orage.

L’horaire est conçu afin de profiter au maximum de votre temps et concentrer les déplacements sur l’heure du midi lorsque la lumière est trop forte pour permettre de bonnes photos. Vous devriez faire plus de 8 heures de photographie par jour.

Rhinocéros blanc, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1250, f/5,6, ISO 300

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Pendant un safari de 10 jours consacré à la photographie, nous devrions rencontrer un minimum de 10 Rhinocéros blancs, possiblement plus. Nous croisons souvent une femelle accompagnée d’un jeune et d’un mâle adulte.

Le matériel recommandé :

Je recommande deux boîtiers pour avoir un remplacement en cas de bris, mais vous pouvez très bien faire ce safari photo avec un seul appareil.

L’idéal est d’avoir un objectif 70-200mm ou similaire pour photographier les gros mammifères comme l’Éléphant d’Afrique et la Girafe que nous observerons de très près.

Un deuxième objectif à focale variable plus puissant comme les 100-400mm, ou 200-500mm, 150-600mm, ou similaire serait intéressant pour les animaux plus éloignés et les oiseaux.

Si vous possédez un téléobjectif plus puissant tel un 500mm f4 ou 600mm f4, je vous recommande de l’apporter pour la photo d’oiseaux plus petits ou plus éloignés. Il est aussi idéal d’employer ces grosses optiques conjointement avec un multiplicateur de focale 1,4x. 1,7x ou un doubleur (2x).

Nous employons fréquemment un flash externe lorsque nous photographions des oiseaux. Si vous en possédez un, je vous recommande de l’apporter. Si vous avez deux flashs, cela assurera une certaine sécurité en cas de bris.

Afin d’éviter les vibrations causées par le moteur diesel du camion safari, nous disposons un sac de fenêtre sur le rebord du véhicule et y appuyions l’objectif, ce qui permet une meilleure stabilité. Vous pourrez vous en procurer un sur mon site internet en cliquant sur le lien suivant : http://www.danieldupont.ca/sac-de-fenetre-bean-bag/

Vous devriez idéalement avoir un ordinateur portable pour faire le transfert de vos photos et un disque dur externe afin d’avoir un minimum de deux copies de sécurité sur place.

Il est évidemment possible de faire le transfert de vos photos après le retour à la maison, mais l’idéal est de le faire sur place et de prendre le temps d’en visionner quelques-unes en fin de journée pour être certain de la qualité technique des photos.

Le coût des cartes mémoires étant beaucoup moins élevé, je vous recommande d’en avoir plusieurs et d’ajuster leur capacité en fonction de la résolution de votre appareil photo.

Phacochère, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 371mm; 1/1600, f/5,6, ISO 400.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Phacochère à un mode d’alimentation particulier puisqu’il doit s’agenouiller afin d’atteindre les herbes basses. Il se déplace ainsi tout en ayant un oeil pour détecter les intrus. Il est une proie de choix pour le Léopard qui est en mesure de monter sa carcasse dans un arbre pour la protéger des Lions et des Hyènes tachetées.

Jour 1 : AM :

Nous débuterons le safari dans un secteur du parc particulièrement productif et fréquenté par plusieurs espèces de mammifères. Nous devrions avoir nos premières occasions de photographier des Hippopotames, des Éléphants d’Afrique, des Phacochères, ainsi que plusieurs espèces d’antilopes.

Hippopotame, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1600, f/ 8, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il est possible de photographier des Hippopotames à plusieurs points d’eau dans le parc Kruger, mais celui que nous visiterons en après-midi permet une grande proximité avec les animaux.

Jour 1 : PM :

Nous visiterons un point d’eau où il est possible de photographier des Hippopotames à très courte distance. Nous devrions aussi être en mesure de photographier plusieurs espèces d’ongulés, dont le rare et furtif Nyala. Lors des safaris en 2018, nous avons photographié plusieurs espèces d’oiseaux, dont le Pygargue vocifère (African Fish Eagle). Nous devrions visiter ce site à plus d’une reprise afin de profiter de la meilleure lumière possible.

Pygargue vocifère, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1600, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

Le Pygargue vocifère est relativement abondant dans le parc et nous devrions avoir quelques occasions de le photographier.

Jour 2 : AM :

Nous débuterons la journée dans l’un des meilleurs secteurs pour photographier les Rhinocéros blancs. Ce secteur est aussi l’un des plus intéressants pour photographier l’Hippotrague noir.

Hippotrague noir mâle, Parc Kruger, octobre 2015

70-200mm f/2,8 II @ 155mm, 1/1250, f/6,3, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le parc Kruger héberge moins de 150 Hippotragues noirs. Cette espèce a la réputation d’être l’une des plus difficiles à observer et à photographier.

Nous n’avons malheureusement pas eu la chance de la photographier en 2016, mais nous avons observé 5 individus en 2017 et quelques individus en 2018. Lors du repérage de 2015, j’avais photographié ce mâle dans une rivière asséchée.

Jour 2 : PM :

En début d’après-midi, nous traverserons un autre secteur particulièrement fréquenté par les Rhinocéros blancs. Nous pourrions avoir la possibilité de photographier une femelle avec son jeune. L’immature demeure avec la femelle jusqu’à l’âge de 4 à 5 ans. Si le rejeton est relativement âgé, un mâle pourrait les accompagner dans l’espoir d’une rencontre intime avec la femelle.

Rhinocéros blanc immature, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 263mm, 1/1600, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Rhinocéros blanc est sujet au braconnage dans le parc et une surveillance constante est de mise pour les protéger. Ce jeune rhinocéros accompagnait sa mère et demeurera avec elle pour les trois premières années de sa vie.

Jour 3 : AM :

En début de matinée, nous retraverserons le secteur particulièrement fréquenté par les Rhinocéros blancs. Par la suite, nous explorerons un secteur beaucoup moins fréquenté du parc, où il est toujours possible de faire des découvertes intéressantes.

Éléphants, Parc Kruger, septembre 2019

500mm f/4 II + 1,4x, 1/1250, f/ 5,6, ISO 1600.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Ce que j’ai le plus apprécié du parc Kruger, c’est de ne jamais savoir ce que le prochain kilomètre peut réserver. Lors du safari 2019, nous avons photographié des Éléphants pratiquement tous les jours.

Nous visiterons quelques points d’eau qui, selon le niveau d’eau, pourraient être très intéressants. Nous devrions observer et photographier nos premiers Rolliers à longs brins.

Rollier à longs brins, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1250, f/ 5,6, ISO 500

Flash et Better Beamer

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Rollier à longs brins est probablement l’un des plus beaux oiseaux que nous pourrons photographier lors du Safari. J’ai repéré des secteurs où il est relativement abondant.

Jour 3 : PM :

Nous nous déplacerons dans un secteur du parc qui est fréquenté par plusieurs Girafes, ainsi que des Zèbres et des Gnous. L’année dernière, nous y avons photographié une Girafe qui semblait garder des jeunes pendant que les adultes s’alimentaient plus loin.

Gnou à queue noire, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 300mm, 1/1250, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le parc Kruger héberge une population d’environ 9000 Gnous à queue noire. Nous devrions donc avoir quelques occasions de les photographier.

Girafes, Parc Kruger, octobre 2017

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 142mm ; 1/1600, f/8, ISO 800

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Il y a plus de 8000 Girafes dans le parc et nous devrions en voir pratiquement tous les jours. Lors de l’un des deux safaris que j’y ai animés en 2018, nous avons été témoins d’une bagarre entre trois individus qui luttaient pour une femelle.

Le mâle de gauche tente de frapper son adversaire avec sa tête en s’en servant comme une massue. Il est fréquent que l’un des adversaires ne survive pas à un combat.

Coucher de soleil, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 241mm; 1/400, f/16, ISO 100

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Nous devrions aussi profiter de notre passage dans ce secteur pour faire des photos de couchers de soleil particulièrement artistiques.

Jour 4 : AM :

Nous débuterons la journée dans un secteur de plaines relativement ouvertes où il est entre autres possible de photographier des Hyènes tachetées très tôt le matin. Nous nous dirigerons vers un immense point d’eau où j’ai photographié plusieurs espèces qui s’abreuvaient, dont l’Éléphant d’Afrique, la Girafe, le Zèbre et plusieurs espèces d’antilopes et d’oiseaux.

Éléphants d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 248mm, 1/1250, f/ 5,6, ISO 800

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lorsque j’ai réalisé cette photo d’un Éléphant d’Afrique bousculant un Éléphanteau, j’ai été bouleversé jusqu’à ce que j’évalue la situation. La femelle repousse le jeune pour qu’il ne s’approche pas du point d’eau pour lui éviter une rencontre fatale avec un Crocodile du Nil

Hyène tachetée, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 300mm, 1/800, f/ 5,6, ISO 1000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons eu de nombreuses occasions de photographier des hyènes allaitant des jeunes en bordure de la route. Leur proximité nous a aussi permis de réaliser des gros plans.

Jour 4 : PM :

Nous nous dirigerons vers le site d’hébergement où nous coucherons durant les trois prochains jours. Nous terminerons la journée à un point d’eau où il est possible de faire des photos de quelques espèces intéressantes, dont l’Hippopotame. Plusieurs espèces d’oiseaux fréquentent aussi l’endroit et il est possible d’y faire des photos de coucher de soleil. 

Martin-pêcheur géant, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm, 1/640, f/ 5,6, ISO 4000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Martin-pêcheur géant est pratiquement de la taille de la Corneille d’Amérique et sa rencontre demeure inoubliable. Nous avons eu l’occasion de photographier celui-ci qui s’était posé au sol à quelques mètres du camion safari afin d’avoir une vue  en surplomb sur lac et des proies potentielles.

Babouin chacma, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1250, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Les Babouins chacmas sont omniprésents dans le parc et nous devrions avoir plusieurs occasions de les photographier, dont des femelles allaitant ou se déplaçant avec leurs jeunes.

Jour 5 : AM :

Cette région étant particulièrement fréquentée par les Léopards, nous profiterons des premières heures d’ensoleillement pour patrouiller les secteurs les plus productifs, où des Léopards auront été observés la veille.

Léopards, Parc Kruger, octobre 2018

70-200mm f/2,8 II @ 110mm; 1/800, f/ 5,6, ISO 400.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Photographier un Léopard avec un 70-200mm à 110mm demeure une expérience mémorable. Celui-ci  était perché dans un arbre en bordure d’un chemin de terre très peu fréquenté. Si nous sommes attentifs et chanceux, nous devrions avoir quelques occasions de les photographier.

Jour 5 : PM :

En début d’après-midi, nous pourrions être en mesure de photographier le magnifique Pigeon du Cap, ainsi que quelques autres espèces d’oiseaux qui s’alimentent dans des arbres fruitiers.

Nous terminerons l’après-midi à la recherche du furtif Guépard.

Guépard, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 107mm, 1/1600, f/5,6, ISO 320

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Guépard est difficile à observer, mais nous circulerons dans les secteurs où ils sont observés dans l’espoir de les immortaliser. Nous en avons photographié lors des safaris de 2015, 2017 et 2018.

Je vérifierai et analyserai régulièrement vos photos directement sur votre appareil tout au long de la journée et je vous conseillerai pour la composition ainsi que pour l’ajustement de la lumière.

Jour 6 : AM :

Nous débuterons la journée à un point d’eau que nous avons déjà visité, mais qui mérite qu’on y retourne à plusieurs reprises. Outre les espèces de mammifères, j’y ai photographié le Vautour africain, le Gymnogène d’Afrique et le magnifique Secrétaire.

Secrétaire, Parc Kruger, octobre 2015

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 200.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lorsque j’ai débuté la préparation des safaris en Afrique, j’ai immédiatement été attiré par cette espèce. Je l’ai cherchée avec application et j’ai réussi à en photographier trois individus en 2015. Nous n’avons pas observé cette espèce en 2017 et à une occasion en 2018.

Impala, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 200

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Impala est l’antilope la plus nombreuse dans le parc Kruger. Selon les évaluations locales, il y en aurait plus de 15 000. Nous l’observons tous les jours et elle demeure la proie préférée des Léopards et des Guépards. J’ai figé celle-ci en pleine course avec trois Pics bœufs agrippés à son pelage.

Pic boeuf, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 500.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Pic bœuf s’alimente sur les plaies des mammifères, ainsi que de parasites qui s’enfouissent dans le pelage de ces bêtes. Nous devrions avoir quelques occasions de les photographier.

Jour 6 : PM :

Nous profiterons de la lumière d’après-midi pour visiter un secteur qui est réputé pour héberger une espèce vedette et furtive que nous ne retrouverons pas partout dans le parc : le Guépard.

Le secteur est aussi fréquenté par les Lycaons (African wild dog), qui sont réputés pour être tout aussi furtifs. Cette espèce chasse en bande.

Lycaon, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 312mm; 1/800, f/5,6, ISO 320

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons croisé la route d’une troupe de Lycaons qui se reposait en bordure de l’une des routes du parc. Les bandes sont généralement constituées d’une dizaine d’individus et il y aurait environ 120 individus dans l’ensemble du parc.

Jour 7 : AM :

Nous nous dirigerons vers le prochain hébergement où nous résiderons pour les trois dernières nuits. Nous traverserons des territoires habités par plusieurs troupes de lions.

Lion, Parc Kruger, octobre 2017

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 340mm; 1/1000, f/ 5,6, ISO 800.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons eu la chance d’observer des lions à plusieurs reprises.

Nous devrions avoir plusieurs occasions de photographier des troupes de Buffles et de Gnous à queue noire, ainsi que des bandes de Zèbres.

Lion immature, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III @ 330mm; 1/1600, f/ 5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors d’un safari photo de 10 jours, nous aurons plusieurs occasions de photographier des Lions. Cet immature n’était nullement dérangé par notre présence.

Jour 7 : PM :

Nous prendrons la route dès l’ouverture des portes pour nous diriger vers le nord du parc afin d’y photographier différentes espèces d’oiseaux, dont le Guêpier à front blanc.

Guêpier à front blanc, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x, 1/1250, f/6,3, ISO 640

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2016, nous avons trouvé une colonie de Guêpiers et nous avons eu de multiples occasions de les photographier. Cette colonie n’était plus active en 2017 et 2018, mais nous visiterons tout de même le secteur à la recherche de cette espèce.

J’ai photographié cet individu sur le site où nous serons hébergés avant d’entrer dans le parc.

Jour 8 : AM :

Nous débuterons la journée dans un secteur reconnu pour la quantité de Guépards qui le fréquente. Le secteur héberge aussi plusieurs Lions, ainsi que des Autruches.

Autruche, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 321mm 1/1250, f/5,6, ISO 1000.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2018, nous avons observé un record de plus de 15 autruches, dont ce mâle qui déambulait sans se préoccuper de notre présence.

Lions, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm, 1/1600, f/5,6, ISO 800.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Nous avons eu le bonheur d’observer et photographier le retour de la femelle et sa rencontre avec ses trois rejetons.

Jour 8 : PM :

Nous terminerons la journée en patrouillant les routes de terre du secteur et en faisant un arrêt à un point d’eau où il est possible de photographier des Hippopotames, des crocodiles, ainsi que plusieurs espèces d’antilopes qui viennent s’y abreuver.

Crocodile, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1250, f/5,6, ISO 320.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Lors du safari 2017 et 2018, nous avons eu la chance de photographier un Crocodile du Nil qui venait de capturer un poisson. La fraction de seconde demeure spectaculaire.

Jour 9 : AM :

Nous patrouillerons à nouveau les secteurs les plus propices où des Guépards, Léopards et Lions auront été observés la veille.

Nous ferons un arrêt à un point d’eau où nous avons observé des Lions s’alimentant sur une proie. Dans le secteur, il y avait aussi un rassemblement de nombreux Buffles, Gnous et Zèbres.

Zèbres, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 214mm; 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Les Zébres sont abondants dans le parc et nous devrions en photographier à plusieurs reprises pendant le safari.

Jour 9 PM :

Nous terminerons la journée à un point d’eau qui est reconnu pour la diversité des espèces qui le fréquentent, que ce soit des mammifères ou des oiseaux. Nous serons ainsi à l’abri du soleil, ce qui devrait être apprécié en cette fin de safari.

Jour 10 : AM :

Comme c’est souvent mon habitude lors de la dernière journée d’atelier, nous déciderons en collégialité du secteur que nous préférons visiter. Nous pourrons ainsi consacrer cette journée à la recherche des espèces que nous n’aurions pas encore réussi à photographier.

Nous reprendrons la route en milieu de matinée, en direction du premier site d’hébergement où nous avons couché. Nous traverserons à nouveau un secteur fréquenté par plusieurs troupes de Lions et quelques Léopards.

Hippopotame, Parc Kruger, octobre 2017

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm; 1/320, f/5,6, ISO 10 000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Parc Kruger est un écosystème magnifique et les animaux y sont tellement nombreux qu’il est difficile de prévoir ce que nous pourrons observer et photographier d’une journée à l’autre.

Nous avons photographié cet hippopotame retournant à un point d’eau très tôt le matin. Malgré le poids de la bête, celle-ci semble survoler la route et se déplace avec agilité et à une vitesse surprenante.

Jour 10 : PM :

Nous quitterons le parc vers 17 h pour nous diriger vers l’hôtel où nous passerons la dernière nuit en Afrique.

Les oiseaux du parc Kruger

Nous consacrerons généralement les heures les plus chaudes de la journée à la photographie d’oiseaux. À cette période, les mammifères et les prédateurs sont généralement beaucoup moins actifs, ce qui n’est pas nécessairement le cas des oiseaux.

Nous devrions être en mesure de photographier entre 50 et 100 espèces d’oiseaux, selon la température qui varie d’une année à l’autre. Je vous présente plusieurs espèces que nous devrions avoir l’occasion de photographier.

Outarde kori, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1000, f/ 5,6, ISO 640

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Outarde kori est légèrement plus petite que l’autruche, mais demeure un oiseau impressionnant. Malgré sa taille, nous devrons être attentifs afin de l’observer et la photographier.

Outarde houppette, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Outarde houppette n’est présente que dans la partie la plus dégagée du parc, dans le secteur des plaines. Nous devrions n’avoir que quelques occasions de la photographier.

Jabiru d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2017

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

J’ai photographié le Jabiru d’Afrique à chacun de mes passages dans le parc, mais c’était la première fois que je l’observais d’aussi proche.

Bec-ouvert africain, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 400

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Bec-ouvert africain est sensiblement de la même taille que le Grand Héron. Je ne l’avais pas photographié les trois années précédentes et en 2018, nous l’avons observé à plusieurs endroits.

Tantale ibis, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1600, f/5,6, ISO 160

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Tantale ibis est présent en bordure de quelques-uns des points d’eau que nous visiterons. Nous devrions avoir l’occasion de le photographier.

Spatule d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 1000

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

La Spatule d’Afrique est présente en bordure de quelques points d’eau, dont l’un où nous passerons en toute fin de journée et où nous pourrions peut-être avoir des occasions similaires.

Aigrette garzette, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/2000, f/5,6, ISO 200

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

L’Aigrette garzette fréquente un marais que nous visiterons à quelques reprises, mais je ne l’observe pas à faible distance chaque année.

Héron cendré, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1600, f/5,6, ISO 640

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Héron cendré pêche en bordure d’un plan d’eau où nous ferons des arrêts en fin de journée. Nous pourrions avoir l’occasion de le photographier à la pêche.

Héron strié, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/800, f/5,6, ISO 1000

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

J’observe le Héron strié chaque année au même point d’eau. Nous devrons être patients afin de tous avoir de bonnes photos.

Bucorve du Sud, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1250, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

La Bucorve du Sud est l’oiseau emblème du parc Kruger. Un programme de recherche lui est consacré afin d’étudier ses migrations et sa présence dans le parc. Nous devrions en rencontrer à deux ou trois reprises.

Calao leucomèle, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm, 1/1600, f/5,6, ISO 250

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Calao leucomèle est omniprésent dans le parc et nous serons en mesure de le photographier en gros plan pour saisir la puissance de son regard.

Huppe d’Afrique, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1000, f/ 5,6, ISO 1000

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le comportement de la Huppe d’Afrique est similaire à celui du Pic flamboyant, les deux oiseaux s’alimentant au sol de petits insectes qu’ils y attrapent. Sa présence varie d’une année à l’autre.

Ouette d’Égypte, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 250

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

L’Ouette d’Égypte est présente sur la majorité des lacs, étangs et petits points d’eau où nous la photographierons à plusieurs reprises. Selon les années, il pourrait être possible de la photographier avec sa progéniture.

Échasse blanche, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/2000, f/5,6, ISO 250

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Je ne photographie pas l’Échasse blanche chaque année car sa présence est variable à un ou deux points d’eau.

Martin-pêcheur pie, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/2000, f/5,6, ISO 250

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

Le Martin-pêcheur pie fréquente l’un des points d’eau que nous visiterons à plus d’une reprise et nous tenterons de le photographier en action.

Oedicnène vermiculé, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1000, f/5,6, ISO 500

Main levée depuis une cache

Photo : Daniel Dupont

L’Oedicnène vermiculé est présent au même point d’eau que le Martin-pêcheur pie et nous devrions avoir quelques occasions de le photographier.

Tourterelle maillée, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 330mm 1/1600, f/5,6, ISO 320

Main levée

Photo : Daniel Dupont

La Tourterelle maillée est présente dans quelques villages d’hébergement, surtout près des points de vente de nourriture où elle attend pour les miettes de table.

Choucador à épaulettes rouges, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 312mm, 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Choucador à épaulettes rouges est aussi présent aux points de restauration dans le parc et nous aurons aussi plusieurs occasions de le photographier.

Francolin de Swainson, Parc Kruger, octobre 2018

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 170mm, 1/1600, f/5,6, ISO 250.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Francolin de Swainson est l’espèce de francolin la plus présente dans le parc Kruger. Nous aurons plusieurs occasions de la photographier.

Pintade de Numidie, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II, 1/1000, f/5,6, ISO 640

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

La Pintade de Numidie est relativement présente en bordure des routes du parc et nous pourrons obtenir de bonnes occasions de la photographier.

Touraco concolore, Parc Kruger, octobre 2018

500mm f/4 II + 1,4x III, 1/1000, f/5,6, ISO 1000.

Main levée depuis le véhicule safari

Photo : Daniel Dupont

Le Touraco concolore est présent pratiquement partout dans le parc. Le problème sera de le photographier à découvert sans branche obstruant l’oiseau.

Info après réservation :

Je vous enverrai la liste des mammifères et des oiseaux que j’ai photographiés lors de mes visites dans le Parc Kruger, ainsi qu’une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que type de vêtements, chaussures, chapeau, etc…

Hébergement :

Je ferai les réservations d’hébergement pour l’ensemble des participants.

Les repas :

Nous prenons généralement les repas ensemble, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 14h00. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre ou pour faire un court somme réparateur.

Même principe pour le déjeuner : vous pourrez vous joindre à moi et à une partie du groupe ou choisir de manger quelques fruits à votre chambre. L’important est d’être prêt pour le rendez-vous matinal et de ne pas faire attendre le groupe.

Le transport :

L’une des règles les plus importantes du parc est de demeurer dans le véhicule. Il est possible de sortir du véhicule aux endroits indiqués, comme aux aires de restauration.

Nous photographierons principalement du véhicule; je vous recommande donc l’emploi d’un sac de fenêtre.

Pour obtenir plus d’information

daniel@danieldupont.ca

Paris, Châteaux de la Loire et les chevaux de Camargue

Du 14 au 24 mai 2020, j’animerai un voyage atelier de photo de huit jours en France. L’atelier sera consacré à la photo de paysages naturels et urbains, ainsi qu’à la photo de nuit. Nous immortaliserons plusieurs châteaux de la Loire, ainsi que la ville de Paris.

La population française est de 67 millions de résidents et elle a été la première destination touristique mondiale en 2018 avec 89,4 millions de touristes étrangers. Plus de 35 millions de personnes ont visité Paris en 2018.

Château de Azay le Rideau, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 25mm; 1/250 sec, f/11, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

À plusieurs des sites que nous visiterons, il ne sera pas possible d’employer de trépied. Nous ferons donc les photos à main levée. Je m’assurerai de la qualité de vos compositions, afin que vous n’ayez pas d’éléments inopportuns dans vos images.

Photographier Paris, les châteaux de la Loire et les chevaux de Camargue

Date : 14 au 24 mai 2020.

Nombre de places : reste 1 place.

Prix : 2700,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $ + taxes.

Solde dû : 15 mars 2020.

Transport : Je ferai la location d’un minibus et le coût est de 600,00 $ + taxes par personne. Nous ferons beaucoup de déplacements sur des autoroutes privées dont les droits d’accès sont élevés.

Coût pour les conjoints accompagnateurs qui ne font pas de photo : 1000,00 $ plus taxes.

Prendre note : les transports, les repas, les hébergements, les coûts d’accès pour les châteaux et musées, les frais pour photographier les chevaux en Camargue et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Château de Chambord, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 35mm; 1/250 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le château de Chambord est assurément l’un des plus spectaculaires châteaux de la vallée de la Loire. Nous y passerons une demi-journée afin de photographier les jardins, ainsi que l’intérieur de cette résidence royale.

Ce voyage atelier est l’occasion idéale pour vous de visiter plusieurs des sites les plus photogéniques de la France et cela avec un photographe professionnel qui vous guidera afin que vous en rameniez les plus belles images possibles.

Château de la Loire, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 1/160 sec, f/2,8, ISO 1250

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors des visites des châteaux de la Loire, nous porterons une attention particulière au graphisme des photos et surtout à l’aspect architecture. Vous apprendrez aussi comment peaufiner vos compositions à main levée et bien ajuster l’exposition en mode manuel avec une valeur ISO élevée.

Matériel recommandé pour la photo de paysage :

Objectifs : 16-35mm, 24-70mm, 70-200mm ou équivalent.

Trépied : recommandée pour les photos extérieures.

Télécommande : fortement recommandée pour les photos extérieures et de nuit.

Filtre polarisant : recommandé pour les photos extérieures.

Filtre neutre : fortement recommandé pour les photos extérieures.

Filtre neutre graduel : très fortement recommandé, il permet d’équilibrer la luminosité du ciel et du sol. 

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Ateliers pratiques :

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Versailles, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 61mm; 1/250 sec, f/11, ISO 100

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Versailles n’est pas au programme officiel, mais je devrais offrir une demi-journée supplémentaire en début d’atelier en fonction de l’heure d’arrivée de l’avion.

Le coût de la vie est plus élevé en France : l’essence est à près de 3,00 $ le litre. Vous devez prévoir entre 70,00 et 90,00 $ par jour pour les repas et de 175,00 $ à 300,00 $ par jour pour l’hébergement selon les villes où nous coucherons. Nous coucherons au minimum une nuit dans un château ou ses dépendances.

Vous devez aussi prévoir un montant pour payer les entrées dans les différents sites que nous visiterons. Je pourrai fournir l’évaluation sur demande.

Nous débuterons et terminerons l’atelier à Paris. La formation nous permettra de visiter la Normandie (Mont Saint-Michel), la vallée de la Loire (les châteaux) et la ville de Paris. Nous devrions couvrir environ 1000 km sur le territoire français.

Cette période de l’année est moins touristique, ce qui fait qu’il pourrait y avoir légèrement moins de gens sur les différents sites que nous visiterons.

Tour Eiffel, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 29mm; 1/200 sec, f/11, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors de notre passage à Paris, nous ferons plusieurs parcours dans la ville afin de profiter du repérage que j’y ai effectué en mai 2019. J’ai trouvé des points de vues intéressants et qui diffèrent des photos généralement publiées.

L’atelier :

L’avantage de participer à un atelier photo avec un photographe professionnel est d’optimiser l’utilisation de votre temps, de vos énergies et d’améliorer les côtés techniques et artistiques de vos photos. J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable.

Château de Chaumont, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 22mm; 1/160 sec, f/8, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors de la visite des châteaux, j’expliquerai les meilleures techniques pour réussir vos photos, dont l’emploi du mode HDR à main levée.

Pendant l’atelier, j’expliquerai les meilleures techniques pour réussir vos photos, que ce soit par l’emploi du mode HDR ou bracketing ou l’utilisation d’un filtre neutre graduel à main levée. J’adapterai la théorie en fonction des sujets photographiés.

Puisque nous serons principalement en milieu ouvert, il pourrait y avoir une ou des journées où le ciel sera relativement couvert et y avoir des averses. Il est donc important d’avoir une gaine de protection contre la pluie pour votre matériel photo.

Château, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 8 sec, f/22, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

Nous coucherons dans ce château et nous y prendrons aussi le souper et le déjeuner. Je vous promets que l’expérience sera inoubliable. Nous pourrons aussi y faire une deuxième sortie de photo de nuit.

Nous débutons généralement les journées entre 7h et 8h, selon la météo et l’endroit où nous avons couché. Les déjeuners ne sont pas inclus avec les hébergements et leurs tarifs sont élevés. Nous ferons plutôt l’achat de croissants la veille et déjeunerons dans nos chambres.

Château de Chenonceau, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 22mm; 1/60 sec, f/11, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau

Photo: Daniel Dupont

Le château de Chenonceau, qui enjambe le Cher, nous offre la possibilité de jouer avec les réflexions, ce qui ajoute une touche artistique aux images.

Château de Fontainebleau, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 32mm; 1/200 sec, f/8, ISO 160

Main levée

Photo: Daniel Dupont

L’escalier en fer à cheval du Château de Fontainebleau est célèbre entre autres en raison d’un discours que Napoléon y a tenu. L’escalier est magistral et nous pourrions possiblement avoir à attendre plusieurs minutes pour n’avoir personne dans le cadrage.

Château de Fontainebleau, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 25mm; 1/100 sec, f/2,8, ISO 1000

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous prendrons le temps de visiter ce magnifique château dont certaines pièces sont vraiment spectaculaires et photogéniques.

Château de Fontainebleau, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 28mm; 1/80 sec, f/2,8, ISO 1600

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous pourrons y faire des exercices de prises de vues à main levée en nous assurant que le cadrage est bien esthétique et symétrique.

Château du Clos Lucé, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 24mm; 1/250 sec, f/5,6, ISO 400

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Léonard de Vinci a terminé sa vie à ce château et nous pourrons y photographier l’un des ateliers qu’il a utilisés. Les jardins sont aussi splendides.

Nous passerons les quatre premières journées dans la France méridionale et par la suite nous nous dirigerons sur Paris pour y passer les quatre dernières journées.

Château du Clos Lucé, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 1/80 sec, f/2,8, ISO 1600

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Voici l’atelier où Léonard de Vinci a travaillé les dernières années de sa vie.

Déplacement en direction de Paris :

Après la visite des châteaux, nous passerons les quatre journées suivantes à sillonner les rues de Paris afin d’en immortaliser différents quartiers et sites connus et reconnus ; Quartier latin, quartier de Montmartre, Tour Eiffel, Place de la Concorde, Le Louvre, le Jardin du Luxembourg, etc.

Il sera possible d’ajouter une journée supplémentaire en fin de formation pour visiter et photographier d’autres sites.

Paris, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 70mm; 1/400 sec, f/11, ISO 250

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons deux sites où il sera possible de photographier la ville en hauteur et d’avoir une vue d’ensemble. Ces deux endroits sont pour le moins spectaculaires.

Paris, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 24mm; 1/500 sec, f/11, ISO 250

Main levée

Photo: Daniel Dupont

La tour Eiffel est omniprésente dans les images de Paris et nous aurons plusieurs occasions de l’inclure dans nos cadrages.

Jardin du Luxembourg, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 35mm; 1/50 sec, f/8, ISO 250

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons aussi le Jardin du Luxembourg dont les jardins sont magnifiques.

Jardin du Luxembourg, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 35mm; 1/400 sec, f/8, ISO 200

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Jardin du Luxembourg est aussi le siège du Sénat français, dont on en aperçoit le bâtiment en arrière-plan.

Quartier Latin, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 45mm; 10 sec, f/22, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Nous ferons l’une des sorties de photo de nuit dans le Quartier latin.

Butte Montmartre, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 35mm; 1/400 sec, f/8, ISO 200

Main levée

Photo: Daniel Dupont

L’église du Sacré-Cœur de Montmartre est un lieu touristique important et il offre aussi une vue intéressante sur la ville. Je profiterai de cet endroit pour faire un exercice d’application de la règle de l’hyperfocale.

Escalier Montmartre, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 1/160 sec, f/8, ISO 400

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Les premières photos des escaliers de Montmartre que j’ai vues, probablement au début des années 90, avaient été réalisées par le photographe français Robert Doisneau. J’ai ressenti un pincement au cœur en réalisant que j’étais enfin sur le terrain de jeux de cette icône de la photographie.

Paris, France, mai 2019

16-35mm f/2,8 II @ 35mm; 1/125 sec, f/6,3, ISO 320

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Dans certains quartiers plus résidentiels, nous ferons aussi des photos de rue et des petits commerces comme cette boucherie.

Quai de la Seine, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 70mm; 20 sec, f/16, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Nous tenterons de faire deux sorties de photo de nuit à Paris, dans deux quartiers différents, mais qui sont situés en bordure de la Seine.

Paris la nuit, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 44mm; 20 sec, f/14, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

L’idéal pour bien profiter de ces sorties de photo de nuit serait d’avoir déjà participé à un de mes ateliers de photo de nuit à Montréal, Gatineau ou Québec. Cela n’est pas obligatoire, mais vous simplifiera la tâche surtout lors de la première sortie.

Paris la nuit, France, mai 2019

24-70mm f/2,8 II @ 39mm; 10 sec, f/16, ISO 100

Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200

Télécommande et niveau.

Photo: Daniel Dupont

Je m’assurerai d’ajuster les horaires en fonction des sorties de photo de nuit. Losrque nous terminerons les prises de vues vers 23h, nous débuterons plus tard le lendemain matin.

Info après réservation :

À la suite de votre réservation, je vous remettrai des informations plus détaillées concernant l’horaire prévu, ainsi que les villages où nous coucherons. Je ferai les réservations d’hôtel pour l’ensemble des nuits et je vous confirmerai vos réservations avant le départ.

Je vous enverrai aussi une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que types de vêtements, chaussures, etc.

Les repas :

Nous prendrons les dîners ensemble, souvent constitués d’un sandwich acheté dans un petit café, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de ces périodes. La pause dîner est généralement entre 12h et 13h.

Pour le repas du soir, nous devrions les prendre principalement à un restaurant près de l’hôtel où nous coucherons. Nous prendrons quelques déjeuners à l’hôtel, mais aussi quelques-uns sur la route en fonction du type d’hébergement.

Le transport :

Pour faciliter les déplacements, je ferai la location d’un minibus. Le coût est de 600,00 $ par personne + taxes. Si vous préférez, il est aussi possible que vous fassiez une location de véhicule et que vous nous roulions en convoi. Je fournis alors une radio mobile pour chaque véhicule, ce qui permet de rester en contact avec le groupe. Tout au long du parcours, j’indique la route que nous emprunterons.

Photographier Paris, les Châteaux de la Loire et les chevaux de Camargue

Date : 14 au 24 mai 2020.

Nombre de places : reste 1 place.

Prix : 2700,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $.

Solde dû : 15 mars 2020.

Covoiturage : Je ferai la location d’un minibus et le coût est de 650,00 $ + taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 1000,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Le coût de la vie est beaucoup plus élevé en France : l’essence est à près de 3,00 $ le litre. Vous devez prévoir entre 70,00 et 90,00 $ par jour pour les repas et de 175,00 $ à 300,00 $ par jour pour l’hébergement selon la ville où nous coucherons.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Pointe Pelée et le sud de l’Ontario mai 2020

Cet atelier sera consacré essentiellement à la photo d’oiseaux. Puisqu’il est difficile de prévoir la présence des oiseaux à un endroit précis, je prévoirai l’horaire pour que nous puissions nous déplacer d’un parc à l’autre et aussi visiter plus de sites alternatifs.

Du 3 au 7 mai 2020,  j’offrirai un atelier de cinq jours dans le Parc national de Pointe Pelée et le Parc provincial de Rondeau. Nous visiterons aussi plusieurs autres sites intéressants pour la photo d’oiseaux.

Paruline du Kentucky, Pointe Pelée, Ontario, mai 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 1250.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

La Paruline du Kentucky est beaucoup moins abondante que les autres parulines, mais elle est observée pratiquement chaque année. Lors de l’atelier de l’année dernière, nous avons eu la chance d’être au bon endroit au bon moment.

Pointe Pelée et le sud de l’Ontario 2020

Date : 3 au 7 mai 2020.  

Coût : 1250,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 250,00 $.

Paiement final : 1 mars 2020.

Nombre de places : 8 places, reste 7 places.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 500,00 $ plus taxes.

Il est possible de faire du covoiturage; le prix est de 400,00 $ + taxes par personne.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Vous devez prévoie environ 160,00 $ + taxes pour chacune des 5 nuits d’hébergement et environ 60,00 $ par jour pour les repas.

Matériel pour la photo d’oiseaux :

Objectif :

  • 300mm, 400mm, 500mm, 600mm.
  • Un objectif 100-400mm ou 200-500mm ou équivalent serait une très bonne alternative.
  • Trépied et tête pendulaire, fortement recommandée.
  • Flash et Better Beamer, fortement recommandé.

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

  • Comprendre et saisir la lumière 1.
  • Les structures de l’image 1.
  • L’utilisation du flash externe
  • Améliorer vos photos d’oiseaux.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

J’ai déjà visité ces deux parcs nationaux à de multiples reprises et je connais bien les secteurs les plus intéressants. Je prévois passer deux journées et demie à Pointe Pelée, probablement une demi-journée à une journée à Rondeau, selon la migration et par la suite, nous visiterons des sites alternatifs.

Paruline à ailes bleues, Pointe Pelée, Ontario, mai 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 640.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo: Daniel Dupont

La Paruline à ailes bleues est généralement présente à Pointe Pelée à cette période de l’année. Si nous sommes chanceux, nous pourrions la photographier de près, en bordure d’un sentier.

Plusieurs espèces d’oiseaux terminent leur migration dans le parc et profitent de ce territoire pour y nicher. Nous ferons des arrêts dans les secteurs propices pour les photographier.

Hirondelle rustique, Pointe Pelée, Ontario, mai 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/800 sec, f/5,6, ISO 1600.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Des colonies d’Hirondelles rustiques sont bien implantées dans ces parcs et nous devrions pouvoir les photographier à quelques reprises.

Grive fauve, Pointe Pelée, Ontario, mai 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 1000.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Nous consacrerons une partie de la première matinée à marcher dans le parc à la recherche des espèces vedettes et des espèces nicheuses comme cette Grive fauve.

Paruline à couronne rousse, Pointe Pelée, Ontario, mai 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/640 sec, f/5,6, ISO 1250.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Lors de la visite du parc de Pointe Pelée, nous marcherons plusieurs sentiers à la recherche de parulines et d’autres espèces migratrices.

Après avoir visité les deux parcs, nous consacrerons nos efforts à visiter entre deux et cinq sites privés en fonction du temps qu’il nous restera.

J’ai déjà visité ces sites à de nombreuses reprises et nous pourrions entre autres y photographier des Grèbes jougris, Grèbes esclavons, Cygnes tuberculés, Cygnes trompettes, ainsi que Bernaches du Canada et différentes espèces de passereaux.

Cygne tuberculé, Ontario, mai 2019

100-400mm f/5,6 II @ 135mm; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 320.

Flash

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Je connais plusieurs sites en Ontario où nichent généralement des Cygnes tuberculés. Selon le temps que nous pourrons y consacrer, nous pourrions visiter un à trois sites pour les photographier.

Cygne trompette, Ontario, mai 2019

100-400mm f/4,5-5,6 @ 278mm; 1/1000 sec, f/8, ISO 200.

Flash

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons un site dans le but de photographier des Cygnes trompettes et nous devrions être en mesure de les photographier en gros plan.

Roitelet à couronne rubis, Ontario, mai 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 640.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

La migration peut toujours nous réserver des suprises dans les parcs alternatifs que nous visiterons. Il pourrait être possible d’y photographier quelques espèces de passereaux

Goéland à bec cerclé, Ontario, mai 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 255mm; 1/1000 sec, f/8, ISO 320.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Nous visiterons aussi une colonie de Goélands à bec cerclé, ainsi qu’une colonie de Cormorans à aigrettes. Nous pourrons réaliser des photos de très près.

Cormorans à aigrettes, Ontario, mai 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 371mm; 1/1250 sec, f/5,6, ISO 320.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

La colonie de Cormorans à aigrettes jouxte la colonie de goélands. Nous devrions avoir la possibilité de photographier des couples au nid.

Grèbe jougris, Ontario

600mm f/4 + 1,4x; 1/2000 sec, f/5,6, ISO 320.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo: Daniel Dupont

J’ai visité ce site à plusieurs reprises et des Grèbes jougris y nichent chaque année. Nous devrions y demeurer quelques heures.

Bernache du Canada, Ontario, mai 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400; 1/800 sec, f/5,6, ISO 640.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Chaque année, quelques couples de Bernaches du Canada nichent dans les parcs que nous visiterons; nous tenterons d’y photographier les rejetons.

Sterne caspienne, Ontario, mai 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm; 1/1600 sec, f/6,3, ISO 500.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons un site où il est possible de photographier la Sterne caspienne et la Sterne pierregarin en vol. Selon les conditions météo, il pourrait aussi être possible d’y photographier deux espèces de cygnes.

Nous terminerons l’atelier le 7 mai vers 17h. Nous devrions alors être à environ 150 km de Montréal et à 400 km de Québec. Je prévois être de retour à Québec vers 21h.

Info après réservation :

À la suite de votre réservation, je vous transmettrai des informations concernant les déplacements sur place ainsi que les endroits prévus pour coucher.

Je vous enverrai aussi la liste complète des oiseaux que j’ai photographiés lors des ateliers précédents, ainsi qu’une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que  type de vêtements, chaussures,  chapeau, etc.

Je ferai les réservations d’hôtel pour l’ensemble de l’atelier et je confirmerai vos réservations avant le départ.

L’hôtel :

Je fais le choix de l’hôtel en fonction du site que nous visiterons le lendemain matin. Chaque participant aura une chambre individuelle. Je choisis aussi les hôtels en fonction des restaurants que nous pouvons trouver à proximité.

Les repas :

Nous prenons généralement le dîner ensemble, habituellement dans les parcs pour les deux premières journées. Par la suite, j’ajusterai l’horaire en fonction de la présence des oiseaux dans les parcs. Si les oiseaux sont moins présents, nous visiterons plus de sites alternatifs.

Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 13h30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre. La plupart du temps, le repas du soir est aussi pris en groupe à un restaurant qui convient à tous.

Même principe pour le déjeuner : vous pourrez vous joindre à moi et à une partie du groupe ou choisir de déjeuner à votre convenance. L’important est d’être prêt pour le  rendez-vous matinal et de ne pas faire attendre le groupe.

Le transport :

Vous êtes libre de louer un véhicule et de suivre le groupe, mais je vous recommande d’utiliser le service de covoiturage, qui vous permet un certain repos lors des déplacements.

Avant d’arriver à un site, je fais un résumé des techniques à utiliser et un rappel des oiseaux vedettes. Je vous donne aussi des indications concernant l’ajustement de votre matériel afin de minimiser votre temps de préparation à l’arrivée au site.

Pointe Pelée et le sud de l’Ontario 2020

Date : 3 au 7 mai 2020.  

Coût : 1250,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 250,00 $.

Paiement final : 1 mars 2020.

Nombre de places : 8 places, reste 7 places.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 500,00 $ plus taxes.

Il est possible de faire du covoiturage; le prix est de 400,00 $ + taxes par personne.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

  • Comprendre et saisir la lumière 1.
  • Les structures de l’image 1.
  • L’utilisation du flash externe
  • Améliorer vos photos d’oiseaux.

daniel@danieldupont.ca

Pour réserver

La Floride 2020

J’animerai un atelier de 6 jours de photographie d’oiseaux en Floride du 8 au 13 mars. Nous visiterons un vaste territoire et devrions être en mesure de photographier entre 50 et 75 espèces d’oiseaux illustrant une gamme de comportements diversifiés.

Je prévois faire deux sorties en aéroglisseur, à deux sites différents. Nous y ferons des photos d’oiseaux en vol, dont des Milans des marais et des Balbuzards pêcheurs.

Chevêche des terriers, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/800, f/ 8, ISO 400.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons un secteur où il est possible de photographier la magnifique Chevêche des terriers. Nous y consacrerons une matinée afin de s’assurer que tous les participants ont de belles photos.

La Floride 2020

Date : 8 au 13 mars 2020.

Coût : 1500,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 400,00 $.

Paiement final : 15 janvier 2020.

Nombre de places : reste 3 places.

Coût pour les conjoints accompagnateurs qui ne font pas de photos : 500,00 $ plus taxes.

Prendre note : Le transport, la nourriture, l’hébergement et les sorties en bateau ne sont pas inclus.

Il est possible de faire du covoiturage sur place; j’irai alors vous chercher à l’aéroport le 7 mars et vous y reconduire le 14 mars.

Coût : 400,00 $ + taxes par personne.

Matériel recommandé :

Objectif pour les oiseaux :

Objectif :

  • 300mm, 400mm, 500mm, 600mm, ou équivalent. L’année dernière, j’ai fait les photos des oiseaux en vol avec un 300mm + 1,4x ou avec le 500mm.
  • Un objectif 100-400mm ou 200-500mm ou équivalent serait une bonne alternative.
  • Trépied et tête pendulaire, fortement recommandée.
  • Flash et Better Beamer, fortement recommandé.

Formations théoriques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Anhinga d’Amérique mâle, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 5,6, ISO 500.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors de l’atelier, nous passerons quelques heures dans une tour. Cette position élevée nous permet souvent d’être plus haut que les oiseaux, ce qui offre une perspective et des cadrages différents, dont ce gros plan d’un Anhinga d’Amérique mâle.

L’atelier

Je fréquente la Floride depuis 20 ans et j’y ai passé près de 60 semaines à parcourir le territoire et à photographier sa faune aviaire. Je connais donc très bien les divers secteurs que nous allons explorer lors de l’atelier. En 2020, je prévois y faire deux semaines de photo.

En participant à cet atelier, vous pourrez enfin réaliser votre rêve : vivre un safari photo dans un univers semitropical et très différent de celui auquel vous êtes habitué. L’avantage de participer à un atelier photo avec un photographe professionnel est d’améliorer le côté technique et artistique de vos photos et d’optimiser l’utilisation de votre temps et de vos énergies.

J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable. Vous apprendrez aussi comment faire l’approche d’espèces variées et vous pourrez par la suite appliquer ces connaissances lors de vos prochaines sorties.

Balbuzard pêcheur, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/2500, f/ 8, ISO 500.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Balbuzard pêcheur est omniprésent en Floride et nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier en vol. Si nous sommes patients, nous pourrions aussi l’avoir avec une proie.

J’offrirai un parcours incluant les meilleurs sites de la côte Ouest, du centre et de la côte Est. Ces sites vous permettront de photographier les espèces vedettes suivantes : la Chevêche des terriers, le Balbuzard pêcheur en vol, le Milan des marais en vol, les Pygargues à tête blanche adultes, la Spatule rosée, de nombreuses espèces d’échassiers en vol avec possiblement des matériaux pour le nid et possiblement l’Aigrette roussâtre.

Pygargue à tête blanche, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/2000, f/ 5,6, ISO 320.

Main levée depuis un aéroglisseur

Photo: Daniel Dupont

Le Pygargue à tête blanche est présent dans plusieurs des marais que nous visiterons. Celui-ci était posé sur un piquet et nous sommes passés à moins de 20 mètres de lui en aéroglisseur.

Nous ferons deux sorties en aéroglisseur dans le but de photographier le rare et menacé Milan des marais, ainsi que plusieurs autres espèces en vol.

Milan des marais mâle, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/ 8, ISO 500

Main levée depuis un aéroglisseur

Photo: Daniel Dupont

Le Milan des marais à une alimentation particulière. Il pêche un mollusque de la grosseur d’une pomme qui vit accroché à la végétation à fleur d’eau. Cette espèce n’est présente que sur les lacs de bonnes dimensions et dont le niveau d’eau est contrôlé, ce qui crée un habitat intéressant pour ses proies.

Milan des marais mâle, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/8, ISO 500

Main levée depuis un aéroglisseur

Photo: Daniel Dupont

Le fait d’être sur un aéroglisseur ne les intimide pas : ce Milan des marais femelle tenant une proie dans ses serres le confirme bien. Si nous sommes chanceux, nous aurons l’occasion de voir un nid de cette espèce.

Petit Chevalier, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/8, ISO 500

Main levée depuis un aéroglisseur

Photo: Daniel Dupont

Lors des sorties en aéroglisseur, nous devrions voir plusieurs espèces d’oiseaux en vol, dont possiblement le Petit Chevalier.

Comme chaque année, je serai sur place une semaine avant le début des ateliers et je serai en mesure de faire une tournée des sites afin d’en évaluer la qualité et la pertinence d’y revenir avec le groupe.

Balbuzard pêcheur, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/8, ISO 500.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons un site où plusieurs Balbuzards pêcheurs s’alimentent et en étant patients, nous pourrions en photographier un sortant sa proie de l’eau.

Je vous propose un horaire que j’adapterai en fonction des conditions météo. En général, en Floride, l’hiver est une saison sèche et plusieurs des marais sont pratiquement à sec.

Bec-en-ciseau noir, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/8, ISO 500

Main levée depuis un aéroglisseur

Photo: Daniel Dupont

Nous n’avons malheureusement pas l’occasion de photographier cette espèce tous les ans, mais je connais des secteurs où ils abondent. Pour réussir à le photographier pendant qu’il pêche en laissant sa mandibule inférieure couper la surface, il ne doit pas y avoir de forte vague sur l’eau.

Selon les années, il est toujours possible que le niveau d’eau de certains marais soit trop élevé pour attirer les oiseaux. Je connais plusieurs sites secondaires pour chacune des régions que nous visiterons, ce qui assure la réussite de l’atelier.

Ibis blanc, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1250, f/7,1, ISO 800.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

À certains des sites que nous visiterons, les oiseaux sont habitués à la présence humaine et il est possible de les photographier en gros plan.

Lors de cet atelier, nous visiterons plusieurs marais et habitats typiques de la Floride. Vous devriez être en mesure de photographier entre 50 et 75 espèces d’oiseaux en pleine activité et affichant une variété de comportements : accouplement, alimentation, chasse, chant, nidification, pêche, vol.

La majorité des participants des années antérieures ont réussi de très bonnes photos de plusieurs espèces en vol. L’horaire est conçu afin de profiter au maximum de votre temps et concentrer les déplacements sur l’heure du midi lorsque la lumière est trop forte pour permettre de bonnes photos. Vous devriez faire plus de 8 heures de photographie par jour.

Nous débuterons et terminerons l’atelier dans le centre de la Floride. Nous visiterons de nombreux sites de nidification d’échassiers. Nous devrions être en mesure de faire des photos de plusieurs espèces en vol. Nous visiterons plusieurs sites en alternance afin de profiter de la meilleure lumière possible.

Caracara du Nord immature, Floride

200-400mm f/4 II + 1,4x @ 560mm ; 1/1250, f/5,6, ISO 640.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Lors des trajets routiers, nous traverserons des secteurs intéressants pour le Milan à queue fourchue et pour le Caracara du Nord. Nous pourrions donc avoir des occasions de photographier ces espèces.

Nous visiterons des parcs urbains où il est possible de photographier de nombreuses espèces qui sont habituées à la présence humaine. Dans l’un des parcs, il est possible d’y photographier le photogénique Passerin nonpareil. On y trouve aussi le Passerin indigo, le Cardinal rouge, le Moqueur chat, la Tourterelle triste, la Tourterelle turque et le Pic à ventre roux.

Passerin nonpareil mâle, Floride mars 2016

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/400, f/ 5,6, ISO 500.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Il est essentiel de bien connaître les sites d’alimentation de ce magnifique Passerin pour réaliser de telles photos. Lorsque nous le photographierons, j’insisterai sur l’importance de l’utilisation du flash.

Je vérifierai régulièrement vos photos directement sur votre appareil, et vous conseillerai pour la composition ainsi que pour l’ajustement de l’exposition. J’expliquerai entre autres l’importance de l’analyse de l’histogramme.

Pendant le séjour sur la Côte Est, nous visiterons 3 ou 4 parcs. Chacun d’eux offre des possibilités différentes en termes d’espèces et d’environnement. Dans certains cas, nous irons photographier une ou des espèces vedettes que nous ne retrouverons pas ailleurs pendant l’atelier.

Pour d’autres parcs, la beauté de l’environnement nous permettra de capter des images esthétiques.Dans l’un des marais, il est possible de photographier des nids de Grand Héron, de Grande Aigrette, de Spatule rosée, de Tantale d’Amérique et de plusieurs autres espèces d’échassiers.

Spatule rosée, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/8, ISO 500.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

La Spatule rosée a un mode d’alimentation assez particulier : elle déplace son bec dans l’eau en mouvement semi-circulaire et se saisit des petites proies qui passent à sa portée.

Nous visiterons un parc où il est possible de photographier, entre autres, le Geai à gorge blanche. Cette espèce endémique (présente seulement en Floride) colonise quelques secteurs de l’État. Ces geais vivent en clan familial et les jeunes de l’année précédente aident les parents à nourrir la nouvelle nichée.

Geai à gorge blanche, Floride

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/2000, f/8, ISO 500.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Geai à gorge blanche est une espèce profitant d’une protection spéciale en Floride. Pour assurer sa survie, des secteurs sont brûlés régulièrement afin de lui fournir un habitat adéquat.

Nous visiterons aussi un de mes sites préférés sur la côte Est pour photographier l’Aigrette bleue, l’Aigrette neigeuse et l’Ibis blanc.

Héron garde-boeuf, Floride

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/1600, f/8, ISO 400.

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Lorsque nous rencontrons des situations de prise de vues similaires, j’en profiterai pour expliquer l’importance de l’emploi du mode manuel d’exposition et aussi comment améliorer votre technique de photographie d’oiseaux en vol.

Nous visiterons aussi un de mes marais préférés. La visite se fera en voiture et nous devrions être en mesure de photographier plusieurs espèces intéressantes, dont le Pygargue à tête blanche, le Balbuzard pêcheur, le Caracara du Nord, la Buse à épaulettes, le Busard Saint-Martin, la Grue du Canada, le Courlan brun, le Petit Blongios ainsi que plusieurs espèces de canards et d’échassiers.

Grues du Canada, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1000, f/8, ISO 400.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo: Daniel Dupont

L’année dernière, nous avons eu l’opportunité de la photographier lors de la dance nuptiale. C’était la deuxième fois que j’observais ce comportement et la première fois que j’étais en mesure de le photographier.

Nous nous déplacerons vers le centre de la Floride pour photographier des  espèces de terrain ouvert, comme la Sturnelle des prés, la Pie-grièche migratrice, le Moqueur polyglotte et la Grue du Canada.

Le Pygargue à tête blanche, l’Urubu à tête rouge et l’Urubu noir ainsi que le Caracara du Nord sont aussi présents dans le secteur. Il nous sera aussi possible d’y photographier le très rare Milan des marais.

Sturnelle des prés, Floride mars 2016

500mm f/4 + 1,4x ; 1/1600, f/8, ISO 640.

Flash et Better Beamer

Ground Pod et sac de fenêtre

Photo: Daniel Dupont

Au printemps, les Sturnelles mâles sont très actives pour séduire les femelles. En général, les mâles vocalisent sur des piquets de clôtures. Si nous sommes patients, nous pourrions les avoir posées au sol ou sur les fils des clôtures.

Nous visiterons à plus d’une reprise une colonie de nidification d’échassiers où il est possible de photographier des nids de plusieurs espèces, dont : la Grande Aigrette, l’Aigrette neigeuse, l’Aigrette bleue, l’Ibis blanc, le Héron garde-bœuf, Héron vert et la Spatule rosée.

Cet endroit est aussi fréquenté par l’Urubu à tête rouge et l’Urubu noir. L’année dernière, nous y avons aussi photographié le Milan à queue fourchue.

Grande Aigrette et poussins, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1000, f/ 8, ISO 800.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Voici une image qui représente bien la Floride au printemps. Les Échassiers sont en période de nidification et en visitant les bons sites à la bonne heure, nous avons réussi à capter cette scène de l’adulte nourrissant ses jeunes.

Urubu à tête rouge, Floride

500mm f/4 II + 1,4x III; 1/1600, f/8, ISO 800.

Main levée depuis un aéroglisseur

Photo: Daniel Dupont

L’Urubu noir et l’Urubu à tête rouge sont omniprésents en Floride. L’Urubu noir est plus petit que son cousin l’Urubu à tête rouge, mais il est plus agressif. Nous visiterons un secteur très précis afin de les photographier.

Tantale d’Amérique, Floride

500mm f/4 + 1,4x ; 1/2000, f/8, ISO 500

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Les Tantales d’Amérique sont relativement abondants à cet endroit et nous devrions avoir des occasions de les photographier au nid.

Nous terminerons l’atelier le vendredi 13 mars vers 17h00.

Info après réservation :

Je vous enverrai la liste complète des oiseaux que j’ai photographiés lors des ateliers précédents, ainsi qu’une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que  type de vêtements, chaussures, chapeau, etc.

L’hôtel :

Je ferai les réservations d’hôtel pour l’ensemble des participants.

Les repas :

Nous prenons généralement le dîner ensemble, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pose dîner est généralement entre 11h00 et 13h30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre.

Pour le repas du soir, vous êtes libre de souper avec le groupe, mais si vous préférez un autre restaurant, ou que vous êtes accompagné de votre conjoint ou conjointe, vous serez libre de vos choix.

La majorité des déjeuners sont inclus dans le prix des chambres. Vous pourrez vous joindre à moi et à une partie du groupe pour déjeuner à l’hôtel. L’important est d’être prêt pour le rendez-vous matinal et de ne pas faire attendre le groupe.

Le transport :

Pour plusieurs des sites visités, nous photographierons de la voiture (je vous recommande donc l’emploi d’un sac de fenêtre).

Pour faciliter les déplacements, nous nous déplaçons en convoi. Je m’assure qu’il y ait une radio mobile par véhicule, ce qui permet de toujours rester en contact.  J’indique tout au long du parcours la route que nous emprunterons.

La Floride 2020

Date : 8 au 13 mars 2020.

Coût : 1500,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 400,00 $.

Paiement final : 15 janvier 2020.

Nombre de places : reste 3 places.

Coût pour les conjoints accompagnateurs qui ne font pas de photos : 500,00 $ plus taxes.

Prendre note : Le transport, la nourriture, l’hébergement et les sorties en bateau ne sont pas inclus.

Il est possible de faire du covoiturage sur place; j’irai alors vous chercher à l’aéroport le 7 mars et vous y reconduire le 14 mars.

Coût : 400,00 $ + taxes par personne.

Matériel recommandé :

Objectif pour les oiseaux :

Objectif :

  • 300mm, 400mm, 500mm, 600mm, ou équivalent. L’année dernière, j’ai fait les photos des oiseaux en vol avec un 300mm + 1,4x ou avec le 500mm.
  • Un objectif 100-400mm ou 200-500mm ou équivalent serait une bonne alternative.
  • Trépied et tête pendulaire, fortement recommandée.
  • Flash et Better Beamer, fortement recommandé.

Formations théoriques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Photographier la faune et la nature de la Baie James

La Baie James est une région magnifique, mais de par son éloignement des grands centres, elle est très peu visitée. Ce voyage atelier de cinq jours sera consacré à la photo de paysages, de ciel étoilé, d’aurores boréales, de mammifères et d’oiseaux.

Ce voyage atelier s’adresse aux photographes désirant parfaire leurs techniques de photo de faune et de paysages et à ceux qui désirent approfondir l’utilisation des filtres neutres.

Baie-James, janvier

28-135mm f/3,5-5,6 @ 70mm; 1/500 sec, f/6,3, ISO 100

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous ferons plusieurs sorties dans le secteur de Radisson afin de réaliser des photos de paysages. Nous pourrons alors pratiquer l’utilisation des filtres neutres graduels afin d’équilibrer la différence de luminosité entre le ciel et le sol.

Photographier la faune et la nature de la Baie James

Date : Dimanche 13 au 17 janvier 2020.

Départ de Québec : 12 janvier.

Nombre de places : 8 places, reste 4 places.

Retour : 18 janvier en fin d’après-midi.

Prix : 1500,00 $ + taxes par personne.

Acompte de réservation : 400,00 $ + taxes.

Paiement final : 1 décembre 2019.

Coût pour les conjoints accompagnateurs qui ne font pas de photos : 500,00 $ plus taxes.

J’aurai quelques places de disponibles pour du covoiturage ; le prix est de 350,00 $ + taxes par personne.

Prendre note : Le transport, la nourriture et l’hébergement ne sont pas inclus.

Pour réservation : 

daniel@danieldupont.ca

Matériel recommandé pour la photo de paysage :

Objectif : 16-35mm, 24-70mm, 70-200mm, 300mm ou équivalent.

Trépied et tête rotule : obligatoire.

Télécommande : fortement recommandée, mais pas essentielle.

Filtre polarisant : fortement recommandé.

Filtre neutre : recommandé, mais pas essentiel, surtout si vous avez un filtre polarisant.

Filtre neutre graduel : fortement recommandé car il permet d’équilibrer la luminosité du ciel et du sol.

Matériel recommandé pour la photo de faune :

Objectif : 300mm, 400mm, 500mm, 600mm, ou équivalent. Un objectif 100-400mm ou  200-500mm ou équivalent serait une excellente option.

Trépied et tête pendulaire, fortement recommandée.

Flash et Better Beamer, fortement recommandé.

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Ateliers pratiques :

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Lagopède des saules, janvier

600mm f/4 + 1,4x ; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 320

Flash et Better Beamer

Ground Pod et sac de fenêtre

Photo: Daniel Dupont

Nous devrions faire quelques rencontres avec des Lagopèdes des saules et réussir à les photographier de relativement proche.

Cet atelier est aussi tout désigné pour ceux qui désirent participer à un premier voyage atelier sans quitter le Québec. Cela vous permettra de vivre une première expérience sans les coûts inhérents aux voyages hors frontière. Vous découvrirez une région du Québec qui est beaucoup moins fréquentée et qui demande seulement à être explorée.

Caribous, janvier

500mm f/4 + 1,4x; 1/1600 sec, f/5,6, ISO 200

Sac de fenêtre

Photo: Daniel Dupont

Lors de l’atelier, nous devrions avoir l’occasion de photographier quelques Caribous. Les possibilités varient d’une année à l’autre en fonction du parcours de migration emprunté par le troupeau.

Atelier :

J’alternerai les sorties de photo de jour et en début de soirée en fonction de la météo. Lorsque nous aurons un ciel dégagé en soirée, nous ferons une sortie de photos de ciel étoilé. Ces sorties seront optionnelles pour les participants.

La durée de ces sorties sera en fonction de la météo. S’il fait très froid, nous ferons de courtes sorties. Si nous sommes chanceux, nous pourrions être en mesure de réaliser des photos d’aurores boréales.

J’ajusterai les horaires de prise de vues en fonction des sorties de photo nocturnes. Si nous avons fait des photos tard le soir, nous ne ferons pas de photo tôt le lendemain matin.

Baie-James, janvier

28-135mm f/3,5-5,6 @ 28mm; 1/1000 sec, f/6,3, ISO 100

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous roulerons sur les routes locales à la recherche des sujets qui nous intéressent. Nous aurons de nombreuses opportunités de faire des photos de paysages variées.

En fonction de la météo, nous alternerons les périodes de prise de vues et les périodes de déplacement en voiture. Nous aurons la possibilité de rouler sur des centaines de kilomètres de routes si nous le désirons.

Lagopède des saules, janvier

600mm f/4 + 1,4x ; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 320

Flash et Better Beamer

Ground Pod et sac de fenêtre

Photo: Daniel Dupont

Nous ferons des sorties photo à la recherche de troupes de Lagopèdes des saules, ce qui pourrait aussi nous permettre de photographier d’autres espèces comme le Tétras du Canada et le Mésangeai du Canada.

Lors des sorties spécifiques aux lagopèdes, j’expliquerai l’importance de bien employer le mode d’exposition manuel afin de ne pas brûler les blancs.

Lors d’arrêts de photo de paysages, nous explorerons aussi le mode d’exposition manuel, mais nous porterons une attention particulière à l’utilisation des filtres neutres et du mode HDR.

Caribou, janvier

500mm f/4 + 1,4x; 1/800 sec, f/5,6, ISO 125

Sac de fenêtre

Photo: Daniel Dupont

Si vous avez déjà participé à un atelier de photo de paysages, vous apprécierez celui-ci qui allie théorie et pratique dans un environnement qui diffère de celui auquel nous sommes habitués plus au sud.

Lors d’un atelier de plusieurs jours, nous devrions être confrontés à des conditions météo variées. À cette saison, il est possible d’avoir une journée de plein soleil et le lendemain, un ciel couvert, ou une chute de neige. Nous profiterons alors de ces occasions variées afin de parfaire l’utilisation des filtres neutres graduels et de créer des images plus artistiques.

Baie-James, janvier

28-135mm f/3,5-5,6 @ 70mm; 1/500 sec, f/6,3, ISO 100

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous aurons de nombreuses occasions de photographier des scènes hivernales représentatives de cette région où les saules en bordure de la route voisinent les forêts d’épinettes.

Lors de la prise de vues, j’expliquerai comment bien choisir les trois paramètres qui gèrent l’exposition : l’ouverture, la vitesse et la valeur ISO. Je démontrerai aussi l’importance de bien comprendre l’histogramme, le choix des optiques, l’utilisation des filtres et du trépied pour obtenir des photos de paysages mieux réussies.

Photographier la faune et la nature de la Baie James

Date : Dimanche 13 au 17 janvier 2020.

Départ de Québec : 12 janvier.

Nombre de places : 8 places, reste 4 places.

Retour : 18 janvier en fin d’après-midi.

Prix : 1500,00 $ + taxes par personne.

J’aurai quelques places de disponibles pour du covoiturage ; le prix est de 350,00 $ + taxes par personne.

Prendre note : Le transport, la nourriture et l’hébergement ne sont pas inclus.

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Ateliers pratiques :

Pour réservation : 

daniel@danieldupont.ca

Photographier les oiseaux du Costa Rica 2021

J’animerai un voyage atelier de 9 jours au Costa Rica du 15 au 23 février 2021. Nous ne visiterons que des sites prometteurs pour la photo d’oiseaux.

Colibri Cintillant, Costa Rica, février 2019

300mm f/2,8 II + 1,4x; 1/60, f/9, ISO 125.

4 flashs

Trépied

Photo : Daniel Dupont

En employant un système de multiflashs, il est possible de figer parfaitement les ailes des colibris. Nous ferons des photos en multiflashs à 4 différents sites. J’aurai avec moi deux systèmes de multiflashs et nous alternerons aux 15 à 20 minutes pour leur utilisation.

Le Costa Rica 2021

Départ de Montréal : 14 février 2021.

Formation : 15 au 23 février 2021.

Retour à Montréal : 24 février 2021. 

Nombre de places : 8 places.

Coût pour les 9 jours de formation : 2250,00 $ + taxes.

Coût pour les accompagnateurs qui ne font pas de photos : 750,00 $ plus taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $ + taxes.

Paiement final : 15 décembre 2020.

Arrivée et départ : Aéroport de San José.

Pour cette année, j’offrirai une nouvelle formule : pour simplifier les déplacements et l’organisation sur place, j’ai engagé une compagnie locale.

Celle-ci fournira l’hébergement, le transport sur place avec un autobus 20 passagers et elle s’occupe de gérer toutes les réservations pour les entrées dans les parcs et sites privés.

Coût en occupation simple : 3550,00 $ (prix en vigueur pour 2020, il pourrait y avoir une légère hausse pour 2021).

Coût en occupation double : 3200,00 $ (prix en vigueur pour 2020, il pourrait y avoir une légère hausse pour 2021).

Le coût inclus les hébergements, le transport sur place et les prix d’entrée pour les sites où nous irons faire des photos.

Prendre note : Les billets d’avion et les repas ne sont pas inclus.

Réservation

daniel@danieldupont.ca

Lors du voyage atelier en févier 2019, j’ai photographié près de 100 espèces d’oiseaux. Mon intention n’était pas d’observer un maximum d’espèces d’oiseaux, mais de créer des photos esthétiques.

Aras rouges, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II; 1/1600, f/5,6, ISO 500.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Nous irons visiter un site où il est possible de photographier des Aras rouges au repos et en vol. Nous devrions aussi y photographier des Aras verts.

J’ai conçu un itinéraire qui devrait nous permettre de photographier près d’une centaine d’espèces d’oiseaux. J’aurai deux systèmes de flashs permettant de figer les ailes des colibris et que les participants utiliseront en alternance. Nous installerons le système dans quatre sites où nous pourrions photographier environ une vingtaine d’espèces de colibris en multiflashs.

Colibri de Rivoli femelle, Costa Rica, février 2019

300mm f/2,8 II + 1,4x; 1/40, f/11, ISO 125.

4 flashs

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Cette femelle Colibri de Rivoli est venue s’alimenter sur une fleur disposée à son intention. Le système de multiflashs permet de figer complètement les ailes des colibris.

En participant à cet atelier, vous pourrez réaliser votre rêve : vivre un safari photo dans un univers tropical et différent de celui auquel vous êtes habitué. L’avantage de participer à un atelier photo avec un photographe professionnel est d’améliorer le côté technique et artistique de vos photos et d’optimiser l’utilisation de votre temps et de vos énergies.

Tangara à croupion rouge mâle, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/500, f/5,6, ISO 3200.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Le Tangara à croupion rouge est un oiseau magnifique qui est présent à quelques sites.

J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable.

Vous apprendrez aussi comment faire l’approche d’espèces variées et vous pourrez par la suite appliquer ces connaissances lors de vos prochaines sorties.

Araçari à collier, Costa Rica, février

500mm f/4 II ; 1/800, f/5,6, ISO 640.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

L’Araçari à collier fait partie de la famille des toucans. À un des sites que nous visiterons, nous devrions avoir des occasions de le photographier.

L’horaire est conçu afin de profiter au maximum de votre temps et concentrer les déplacements sur l’heure du midi alors que la lumière est trop forte pour permettre de bonnes photos. Vous devriez faire plus de 8 heures de photographie par jour.

Je vérifierai régulièrement vos photos directement sur votre appareil et vous conseillerai pour la composition ainsi que pour l’ajustement de l’exposition. J’expliquerai entre autres l’importance de l’analyse de l’histogramme.

Horaire :

Jour 1 : AM et PM :

Nous débuterons la formation dans le secteur de Sarapiqui où nous visiterons plusieurs sites, dont un pour photographier des oiseaux en multiflashs.

Colibri jacobin mâleCosta Rica, février 2019

300mm f/2,8 II + 1,4x; 1/60, f/9, ISO 125.

4 flashs

Trépied

Photo : Daniel Dupont

En employant un système de multiflashs, il est possible de figer parfaitement les ailes des colibris et d’obtenir des positions inusitées. J’aurai avec moi deux systèmes de multiflashs et nous alternerons aux 15 à 20 minutes pour leur utilisation.

Jour 2 : AM

Visite d’un site naturel privé pour y photographier plusieurs espèces de grenouilles à des scénarios de prise de vues. En 2019, nous y avons photographié 5 espèces de batraciens.

Rainette aux yeux rouges, Costa Rica, février 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm; 1/125, f/8, ISO 800

Flash

Main levée et stabilisation

Photo : Daniel Dupont

RGrenouille des fraisesCosta Rica, février 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm; 1/160, f/7,1, ISO 1600

Flash

Main levée et stabilisation

Photo : Daniel Dupont

Nous passerons une matinée à un site où il sera possible de photographier plusieurs espèces de batraciens en employant un éclairage contrôlé.

PM :

Nous visiterons un autre site du secteur où il est possible de photographier plusieurs espèces, dont le Toucan de Swainson.

Toucan de Swainson, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II ; 1/1000, f/5,6, ISO 1600.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Le Toucan de Swainson est de forte dimension : 60 centimètres de haut. Il est possible de le photographier de près à ce site et je m’assurerai que tous les participants aient de bonnes photos de cette espèce.

Jour 3 : AM :

Nous changerons de secteur pour visiter un site où il est possible de photographier quelques espèces de vautours, dont le Sarcoramphe roi (King vulture), l’Urubu à tête rouge et l’Urubu noir.

Sarcoramphe roi (King vulture), Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1250, f/5,6, ISO 500.

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Nous passerons une partie de la matinée dans une grande cache pouvant accueillir 10 personnes. Nous tenterons d’y photographier l’oiseau vedette : le Sarcoramphe roi (King vulture). Le propriétaire de l’endroit dispose des carcasses de porc devant la cache afin d’y attirer des urubus et le Sarcoramphe roi. En 2019, tous les participants à la formation ont photographié cette espèce.

PM :

Nous prendrons la route pour un site où il est possible de photographier plusieurs espèces d’oiseaux, dont des Aras rouges en vol.

Toucan à carène, Costa Rica, février

500mm f/4 II; 1/800, f/5,6, ISO 2500.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Il est possible de photographier le Toucan à carène à quelques sites au Costa Rica, mais j’ai découvert un site où il est possible de le photographier de très proche.

Sapajou capucinCosta Rica, février 2017

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000, f/5,6, ISO 2500.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Nous devrions avoir quelques occasions de photographier des singes, comme ce Sapajou capucins. Nous pourrions aussi voir des Singes hurleurs et des Paresseux.

Jour 4 : AM :

Nous ferons une deuxième journée de photo de colibris en multiflash. L’une des espèces les plus abondantes est le Campyloptère violet.

Campyloptère violet mâle, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II ; 1/1600, f/5,6, ISO 1000.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Le Campyloptère violet est selon moi, l’un des plus beaux colibris du Costa Rica. Je ne l’avais observé qu’à un seul site jusqu’à maintenant. En février 2020, nous aurons l’occasion de la photographier en multiflashs ce qui permet de mieux figer les ailes.

PM :

Toucan de Swainson, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II ; 1/500, f/5,6, ISO 1600.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Nous ferons des photos à un site où il est possible de photographier quelques espèces de Toucans, dont le Toucan de Swainson.

Jour 5 :

AM :

Nous prendrons la route en début de matinée pour nous diriger vers l’un des points les plus élevés du Costa Rica. Nous pourrons y photographier le magnifique Quetzal resplendissant, ainsi que des espèces de colibris qui vivent en altitude.

Nous devrions faire un ou des arrêts lors de ce déplacement pour visiter des sites où nous pourrions photographier quelques espèces d’oiseaux.

Geai à face blancheCosta Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/2000, f/8, ISO 1000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Lors des déplacements entre deux sites, il est possible à l’occasion de faire des arrêts pour photographier des espèces d’oiseaux spécifiques, comme ce Geai à face blanche.

PM :

Nous ferons une première sortie en fin d’après-midi à la recherche du Quetzal resplendissant.

Jour 6 : AM :

Nous ferons une deuxième sortie à la recherche du Quetzal resplendissant; départ 5 h 30, retour au lodge 8h.

Par la suite nous visiterons un autre lodge pour photographier plusieurs espèces d’oiseaux vivant en altitude. Des fruits ainsi que plusieurs abreuvoirs à colibris y sont disposés pour attirer les oiseaux.

Quetzal resplendissant mâle, Costa Rica, février

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000, f/5,6, ISO 1000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Quetzal resplendissant est reconnu comme l’un des plus beaux oiseaux du monde. La queue du mâle fait près d’un mètre de longueur. Il est possible de l’observer très tôt le matin et en fin de journée.

Quetzal resplendissant femelle, Costa Rica, février

500mm f/4 II + 1,4x; 1/250, f/5,6, ISO 2500.

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Pic glandivore, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000, f/5,6, ISO 1000.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Lors de mon passage, un couple de Pics glandivores nichait à proximité du site où j’avais installé les flashs pour les colibris.

Percefleur ardoisé, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/2000, f/5,6, ISO 500.

Flash et Better Beamer

Main levée

Photo : Daniel Dupont

J’ai photographié ce Percefleur ardoisé à l’un des endroits aménagés pour la photo d’oiseaux.

PM :

Nous ferons des photos en multiflashs au lodge où nous avons couché la nuit précédente.

Colibri insigne, Costa Rica, février 2019

100-400mm f/4,5-5,6 II @ 400mm; 1/60, f/10, ISO 125.

4 Flashs

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Nous aurons l’occasion de photographier des colibris en multiflashs à quatre endroits. Cette espèce n’était présente qu’à l’un des sites.

Jour 7 : AM :

Nous ferons une troisième sortie à la recherche du Quetzal resplendissant : départ 5 h 30, retour au lodge 8h.

Après le déjeuner, nous ferons un arrêt à un autre site pour photographier des oiseaux à des mangeoires.

Colibri à ventre châtain, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/2000, f/5,6, ISO 500.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Le Colibri à ventre châtain est un oiseau présent en altitude et il sera possible de le photographier seulement à un ou deux sites.

Tocro à face noire, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/500, f/5,6, ISO 1600.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Nous visiterons un site où il est possible de photographier le Tocro à face noir. Celui-ci ressemble sensiblement au Colin de Virginie.

Nous prendrons la route en fin de matinée pour nous rendre sur la côte du Pacifique dans le secteur de la Rivière Tarcolès.

PM :

Nous arriverons à l’hôtel en fin d’après-midi. Nous ferons des photos sur le site ou à proximité de l’hôtel.

Jour 8 : AM :

Nous ferons un arrêt à une plage pour photographier des Frégates superbes.

Frégate superbe, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 400

Main levée

Photo : Daniel Dupont

J’ai repéré quelques sites où il sera possible de photographier des frégates.

PM :

Nous ferons une première sortie en bateau (14 h 30 à 17 h 30) sur la rivière Tarcoles. Lors du voyage atelier en février 2019, nous y avons photographié 35 espèces lors des deux sorties en bateau.

Caracara à tête jaune, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II; 1/2000, f/5,6, ISO 500.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

C’était la première occasion que j’avais de photographier un Caracara à tête jaune en vol. Cet oiseau n’était aucunement effrayé par la présence du bateau.

Caracara du Nord, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II; 1/1600, f/5,6, ISO 800.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Caracara du Nord est présent dans certains secteurs du Costa Rica. J’ai eu les meilleures occasions de le photographier lors des deux sorties en bateau.

Onoré du Mexique, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II ; 1/1600, f/5,6, ISO 800.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

L’avantage du bateau est d’être en mesure d’approcher les oiseaux de très près. Nous ferons donc deux sorties sur la rivière Tarcolès.

Jour 9 : AM :

Deuxième sortie (7 AM à 10 h) en bateau sur la rivière Tarcolès :

Martin pêcheur vert, Costa Rica, février 2017

500mm f/4 II + 2x; 1/640 (IS), f/8, ISO 5000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Ce Martin pêcheur vert était perché à l’ombre dans les mangroves. En faisant deux sorties en bateau, nous augmenterons nos chances de le photographier et d’obtenir une meilleure lumière.

Paruline jaune, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000, f/8, ISO 3200.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le plumage de la paruline jaune présente dans les mangroves en bordure de la rivière diffère de celle que nous pouvons observer au Québec.  Au Québec, le mâle est entièrement jaune et la poitrine est parsemée de rayures rouges. La sous-espèce présente au Costa Rica a la tête entièrement rouge.

Savacou huppé, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 1000.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

J’ai photographié ce Savacou huppé lors de l’une des deux sorties en bateau en février 2019. Cette espèce est pratiquement de la même taille que le Bihoreau gris, mais son bec le distingue aisément.

Courlis corlieu, Costa Rica, février 2019

500mm f/4 II + 1,4x; 1/2500, f/5,6, ISO 800.

Main levée

Photo : Daniel Dupont

Le Courlis corlieu est présent dans le Bas-Saint-Laurent à l’automne, mais il est difficile d’approche. Depuis le bateau, il est plus aisé de l’approcher.

Après la sortie en bateau, nous retournerons à l’hôtel pour reprendre nos effets personnels. Nous visiterons par la suite un autre site du secteur.

Nous reprendrons la route pour San José vers 14h. La route pourrait prendre de 2 à 3 heures. Nous coucherons la dernière nuit dans un hôtel à proximité de l’aéroport.

Cassique de Montezuma, Costa Rica, février 2017

500mm f/4 II ; 1/640, f/5,6, ISO 2000.

Flash et Better Beamer

Trépied

Photo : Daniel Dupont

Le Cassique de Montezuma est de la taille d’une corneille. Il a une grande distribution au Costa Rica, mais il est plus facile de le photographier à certains sites.

Info après réservation :

Je vous enverrai la liste complète des oiseaux que j’ai photographiés lors des ateliers précédents, ainsi qu’une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que  type de vêtements, chaussures, chapeau, etc.

L’hôtel :

La compagnie Costa Ricainne a déjà fait toutes les réservations d’hôtel pour l’ensemble des participants.

Les repas :

Nous prenons le dîner ensemble, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 13h30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre.

Nous prendrons les repas du soir au restaurant du lodge où nous demeurerons. La majorité d’entre eux offre des buffets ou des repas à la carte.

La majorité des déjeuners sont inclus dans le prix des chambres. Vous pourrez vous joindre à moi et à une partie du groupe pour déjeuner au lodge. L’important est d’être prêt pour le rendez-vous matinal et de ne pas faire attendre le groupe.

Le transport :

La compagnie Costa Ricainne a déjà fait la réservation d’un autobus 24 passagers. Nous aurons la place nécessaire pour les 8 participants, moi-même et ma conjointe, le chauffeur, ainsi qu’un guide local.

Puisque les bagages doivent être empilés sur des sièges, les participants peuvent avoir une valise de soute, un sac d’appareils photo et un sac pour l’ordinateur.

Le Costa Rica 2021

Départ : 14 février 2021.

Formation : 15 au 23 février 2021.

Retour : 24 février 2021. 

Nombre de places : 8 places.

Coût de la formation : 2250,00 $ + taxes.

Coût pour les accompagnateurs qui ne font pas de photos : 750,00 $ plus taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $.

Paiement final : 15 décembre 2020.

Arrivée et départ : Aéroport de San José.

Pour cette année, j’offrirai une nouvelle formule : pour simplifier les déplacements et l’organisation sur place, j’ai engagé une compagnie locale.

Celle-ci fournira l’hébergement, le transport sur place avec un autobus 24 passagers et s’occupe de gérer toutes les réservations pour les entrées dans les parcs et sites privés.

Coût en occupation simple : 3550,00 $ (prix en vigueur pour 2020, il pourrait y avoir une légère hausse pour 2021).

Coût en occupation double : 3200,00 $ (prix en vigueur pour 2020, il pourrait y avoir une légère hausse pour 2021).

Les coûts inclus les hébergements, le transport sur place et les prix d’entrées pour les sites où nous irons faire des photos.

Prendre note : Les billets d’avion et les repas ne sont pas inclus.

Réservation

daniel@danieldupont.ca

Le Texas : Corpus Christi et la Vallée du Rio Grande.

Du 22 au 27 mars 2020, j’animerai un atelier de 6 jours au Texas. Cet atelier sera consacré à la photo d’oiseau. Nous visiterons le secteur de Corpus Christi et la côte du Golf du Mexique et la vallée du Rio Grande. Nous devrions photographier entre 75 et 100 espèces d’oiseaux.

Caracaras du Nord, Texas

500mm f/4 + 1,4x; 1/1600, f/8, ISO 500.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Le Caracara est présent au Texas et abonde dans certains secteurs. Cette période de l’année coïncide avec le début de la saison de reproduction; nous pourrions donc avoir des occasions de photos particulièrement spectaculaires.


Photographier les oiseaux du Texas

Date : 22 au 27 mars 2020.  

Coût : 1500,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 400,00 $.

Paiement final : 15 février 2020

Nombre de places : reste 2 places.

J’aurai quelques places de covoiturage, le prix est de : 400,00 $ + taxes par personne.

Il est possible de débuter votre atelier plus tôt.

Date : samedi 21 mars.

Coût : 250,00 $ + taxes par jour.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 500,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Bec-en-ciseau noir, Texas

500mm f/4 + 1,4x; 1/2000, f/5,6, ISO 320.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

Nous visiterons quelques secteurs, dont une colonie de nidification, où il est possible de photographier le Bec-en-ciseau noir. J’ai photographié celui-ci qui venait de capturer un petit poisson.

L’atelier

En participant à cet atelier, vous pourrez enfin réaliser votre rêve de vivre un safari photo et ajouter à votre banque d’images des photos d’oiseaux spectaculaires tels le Geai vert, l’Ariane du Yucatan, le Tyran à longue queue et le Grand Géocoucou (Roadrunner).

L’avantage de participer à un atelier photo avec un photographe professionnel est d’optimiser l’utilisation de votre temps, de vos énergies et d’améliorer les côtés techniques et artistiques de vos photos.

De plus, chaque année, j’arrive sur place quelques jours avant le début des ateliers, me permettant ainsi d’effectuer un repérage minutieux de chacun des sites afin d’optimiser votre temps et de vous conduire aux meilleurs sites.

J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable.

Vous apprendrez aussi comment faire l’approche d’espèces variées et vous pourrez par la suite appliquer ces connaissances lors de vos prochaines sorties.

Aigrette roussâtre forme blanche, Texas

600mm f/4; 1/2000, f/8, ISO 250.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

L’Aigrette roussâtre a un comportement de chasse particulier : elle court en bordure de l’eau et saisit de petits poissons qu’elle fait fuir par ses mouvements rapides. Nous devrions avoir plusieurs occasions de photographier cette espèce.

Lors de l’atelier, vous devriez être en mesure de photographier plus de 70 espèces d’oiseaux, dont environ 25 espèces que nous ne retrouvons pas au Québec. Lors de mon dernier passage, j’ai photographié 85 espèces d’oiseaux et la majorité des photos représentaient des scènes de comportements typiques de ces espèces.

Courlis à long bec, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 250.

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Il est relativement difficile de photographier des oiseaux en vol. Réussir à isoler un limicole en vol l’est encore plus. Nous prendrons le temps de visiter des sites que fréquentent plusieurs espèces.

Vous aurez l’occasion de capter des scènes spectaculaires d’alimentation et de chant. Nous visiterons des endroits qui sont reconnus pour leur richesse aviaire.

L’horaire est conçu afin de profiter au maximum de votre temps et concentrer les déplacements sur l’heure du midi lorsque la lumière est trop forte pour permettre de bonnes photos. Vous pourrez faire plus de 8 heures de photographie par jour.

Pour obtenir de plus amples informations, je vous invite à communiquer avec moi.

daniel@danieldupont.ca

Horaire de l’atelier : 

22 avril :

Jour 1 : AM et PM

La baie de Corpus Christi et les environs.

Corpus Christi est une ville portuaire située en bordure du golfe du Mexique. Le pourtour de la baie de Corpus Christi fait environ 100 km. Ce secteur est extrêmement vaste et les habitats variés. Il est possible dans la même matinée de photographier des passereaux dans un parc urbain et par la suite de photographier plusieurs espèces de limicoles et d’échassiers dans un parc riverain.

Pendant le séjour dans le secteur, nous visiterons plusieurs parcs. Chacun d’eux offre des possibilités différentes en termes d’espèces et d’environnement. Certains parcs nous permettront de photographier une ou des espèces vedettes que nous ne retrouverons pas ailleurs pendant l’atelier. Dans d’autres parcs, la beauté de l’environnement nous permettra de capter des images plus esthétiques.

Ibis à face blanche, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 250.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Cette région du Texas peut offrir des scènes spectaculaires d’alimentation pour de nombreuses espèces d’oiseaux qui sont généralement difficiles d’approche.

PM :

Après la pause repas, nous visiterons un site pour parfaire vos techniques de prise de photos en vol.

Sterne royale, Texas

600mm f/4; 1/2000, f/5,6, ISO 250.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Érismature rousse mâle, Texas

600mm f/4; 1/1250, f/5,6, ISO 500.

Ground Pod

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Plusieurs couples de Canards souchets, de Sarcelles à ailes bleues et d’Érismatures rousses fréquentent le marais. Le Busard Saint-Martin le survole aussi fréquemment.

Le site est généralement fréquenté par les espèces suivantes : Érismature rousse, Canard souchet, Sarcelle à ailes bleues, Sarcelle d’hiver, Dendrocygne à ventre noir, Sarcelle cannelle, Canard brun, Aigrette bleue, Grande Aigrette, Aigrette roussâtre, Grèbe à bec bigarré, Sterne de Foster, Échasse d’Amérique, Avocette d’Amérique, Petit Blongios, Spatule rosée, Pélican brun et plusieurs espèces de Parulines en fonction de la migration.

Busard Saint-Martin femelle, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/2000, f/6,3, ISO 400.

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Nous profiterons de l’occasion pour parfaire vos connaissances des techniques de prise de vues d’oiseaux en vol et de l’analyse de la lumière afin d’obtenir une bonne exposition.

Jour 2 : AM :

La baie de Corpus Christi et les environs.

En matinée, nous visiterons deux sites dont les habitats sont différents. Pour débuter la journée, nous visiterons un boisé où il est possible de photographier des passereaux en migration.

Paruline à capuchon mâle, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/640, f/5,6 ISO 800.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

La Paruline à capuchon demeure toujours furtive, mais avec de la patience et de bonnes techniques, il est possible de la photographier.

Nous terminerons la matinée à un site où j’ai déjà photographié six espèces de Sternes : Petite Sterne, Sterne caugek, Sterne royale, Sterne caspienne, Sterne de Foster, ainsi que la Guifette noire. Les Sternes sont généralement abondantes et, selon la direction du vent, il sera peut-être possible de les photographier en vol. Plusieurs espèces de limicoles fréquentaient aussi le secteur.

PM :

Nous terminerons la journée dans un secteur où abondent les échassiers. Il devrait être possible de photographier : Aigrette roussâtre forme blanche, Aigrette neigeuse, Aigrette bleue, Grand Héron, ainsi que l’Huîtrier d’Amérique. Plusieurs espèces de limicoles fréquentent aussi le secteur.

Grand Géocoucou (Road Runner), Texas

600mm f/4; 1/2500, f/5,6, ISO 400.

Trépied

Photo: Daniel Dupont

Je connais plusieurs sites pour photographier cette espèce qui sera un de nos sujets de choix.

Lors de mon dernier passage, j’y avais repéré un couple nicheur de Pluviers de Wilson. Cette espèce n’est pas très abondante, mais je l’ai photographiée chaque année dans ce secteur, ainsi que le Pluvier siffleur. Le Courlis à long bec fréquente aussi le secteur lors de la migration.

Courlis à long bec, Texas

500mm f/4 + 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 250.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Le Courlis à long bec est présent au Texas lors de la migration printanière. Nous visiterons quelques sites où il sera possible de le photographier.

Jour 3 : AM

Nous sillonnerons les routes du secteur dans le but de photographier le Grand Géocoucou (Roadrunner), le Colin de Virginie et le Tyran à longue queue.

Tyran à longue queue, Texas

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1250, f/5,6, ISO 400.

Sac de fenêtre et Ground Pod

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Je connais des secteurs où il est possible de photographier ces oiseaux vedettes, dont ce Tyran à longue queue.

Colin de Virginie mâle, Texas

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1000, f/5,6, ISO 640.

Sac de fenêtre et Ground Pod

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Nous pourrions avoir l’occasion de photographier du Colin de Virginie dans ce secteur.

PM :

Lors de mon denier passage, nous avons découvert plusieurs territoires de Grands Géocoucous en bordure de l’une des routes. Nous avons aussi eu la chance d’observer le Faucon aplomado posé sur un poteau dans le même secteur.

Grand Géocoucou (Roadrunner),Texas

600mm f/4; 1/2000, f/5,6, ISO 400.

Sac de fenêtre et Ground Pod

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Le Grand Géocoucou est  une espèce plutôt furtive. Il est possible de l’observer de loin, mais il demeure plus complexe de l’approcher pour des photos. Je connais maintenant plusieurs endroits où il est présent,  ce qui facilitera la prise de  photos lors des prochains ateliers.

Lors de cet après-midi, nous utiliserons des scénarios de prise de vues pour photographier certaines des espèces ciblées. Pour bien réussir, il est important de connaître l’habitat et les habitudes des espèces convoitées.

Geai vert, Texas

500mm f/4 II + 1,4x ; 1/800, f/5,6, ISO 400.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Nous aurons plusieurs occasions de photographier le magnifique Geai vert.

Tyran quiquivi, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/800, f/5,6, ISO 250.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Le Tyran quiquivi est particulièrement bruyant et cela nous permettra de le localiser plus facilement. Réussir à le photographier en vol est par contre beaucoup plus difficile.

Voici les espèces que nous devrions être en mesure de photographier lors de cette journée : le Geai vert, le Grand Géocoucou, l’Ortalide chacamel, le Colin de Virginie, l’Oriole à gros bec,  le Moqueur à long bec, le Tohi olive, le Tyran quiquivi, le Pic arlequin, le Pic à front doré, le Passerin indigo, le Dickcissel d’Amérique, le Vacher bronzé, la Mésange à plumet noir et le Cardinal rouge.

Jour 4 : AM :

La Vallée du Rio Grande

Nous passerons la journée à quelques sites situés dans le bas de la vallée du Rio Grande. Deux de ces sites sont reconnus pour la migration des passereaux qui s’y arrêtent au printemps.

J’y ai déjà photographié 16 espèces de Parulines, dont la Paruline à capuchon, la Paruline à ailes bleues, la Paruline vermivore, la Paruline jaune, la Paruline à collier, la Paruline noir et blanc, la Paruline flamboyante, la Paruline obscure, la Paruline rayée, la Paruline verdâtre, la Paruline à joues grises, la Paruline à flancs marron, la Paruline à gorge orangée, la Paruline à poitrine baie, la Paruline couronnée et la Paruline des ruisseaux.

Paruline de Swainson, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/500, f/5,6, ISO 500.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Au fil des années, j’ai observé et photographié plusieurs espèces de Parulines rares dans ce secteur.

Paruline du Kentucky, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/500, f/5,6, ISO 500.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Il est possible de photographier la Paruline du Kentucky pratiquement chaque année dans cette région du Texas.

Voici d’autres espèces de Passereaux que j’ai photographiés sur le site : l’Oriole des vergers, la Grive à dos olive, la Grive à joues grises, le Coulicou à bec jaune, le Viréo aux yeux blancs, le Gobemoucheron gris-bleu, le Moqueur chat, le Passerin indigo et le Viréo de Philadelphie.

Pour terminer la journée, nous visiterons un marais qui est sillonné de passerelles qui permettent d’avoir accès à plusieurs habitats différents. En fonction de la marée, nous pourrons y photographier des limicoles ou des Becs-en-ciseau noirs.

Mouette de Franklin, Texas

600mm f/4+ 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 250.

Flash, Better Beamer

Sac de fenêtre et Ground Pod

Photo: Daniel Dupont

La Mouette de Franklin arbore un plumage légèrement rosé à la pariade. C’est un des traits qui la distingue de la Mouette atricille beaucoup plus abondante. Elle est rarement observée au Québec, mais il est possible de la photographier lors de la migration au Texas.

Les oiseaux vedettes de ce marais sont : le Bec-en-ciseau noir, le Courlis à long bec, l’Échasse d’Amérique, le Pluvier argenté, la Spatule rosée, l’Aigrette roussâtre, le Grand Héron, le Petit Blongios, le Balbuzard pêcheur, la Sterne caugek, la Sterne royale, la Petite Sterne, la Sterne caspienne et la Mouette de Franklin.

Échasse d’Amérique, Texas

600mm f/4 + 2x; 1/1600, f/8, ISO 400.

Sac de fenêtre et Ground Pod

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

L’Échasse d’Amérique est généralement farouche, mais à certains sites, il est possible de l’approcher.

Jour 5 : AM

Nous entamerons la journée à quelques sites situés dans le bas de la vallée du Rio Grande. Deux de ces sites sont reconnus pour la migration des passereaux qui s’y arrêtent au printemps.

Grive à joues grises, Texas

600mm f/4 + 1,4x; 1/500, f/5,6, ISO 800.

Trépied

Flash, Better Beamer

Photo: Daniel Dupont

Selon la migration, il pourrait être possible de photographier quelques espèces de grives, dont la Grive à joues grises.

Nous terminerons la matinée au site le plus prometteur en fonction du repérage que j’aurai fait les jours précédant l’atelier. En fonction du choix du groupe, nous pourrons peut-être visiter deux sites.

PM :

Sturnelle des prés, Texas

600mm f/4+ 1,4x; 1/2000, f/5,6, ISO 250.

Flash, Better Beamer

Sac de fenêtre et Ground Pod

Photo: Daniel Dupont

À la suite de plusieurs sorties sur le terrain, j’ai découvert un site où niche en abondance la Sturnelle des prés.

Lors de mon dernier passage, nous avons photographié des Sturnelles des prés, des Bruant des prés et une Buse à queue rousse. Des plates-formes de nidification pour le rare Faucon aplomado y sont installées. Nous l’avons observé de trop loin pour faire des photos, mais en fonction du temps que nous voudrions y investir, il est toujours possible de réussir à le photographier.

Nous passerons l’après-midi dans un des parcs du secteur.

Jour 6 : AM

Nous débuterons la matinée dans un des sites qui bordent le Rio Grande. Les refuges peuvent offrir de bonnes opportunités de photos pour les passereaux, mais il est important de connaître les sites les plus prometteurs.

Hirondelle noire femelle, Texas

500mm f/4+ 1,4x; 1/2000, f/5,6, ISO 250.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

L’un des parcs du secteur héberge une colonie d’Hirondelles noires. Nous pourrons tenter de les photographier en vol.

Spatule rosée, Texas

500mm f/4 II + 1,4x; 1/1600, f/5,6, ISO 320.

Trépied

Photo: Daniel Dupont

La Spatule rosée est généralement présente dans l’un des parcs du secteur.

PM :

Corpus Christi et les environs.

En fin de matinée, nous prendrons la route pour retourner dans la région de Corpus Christi. Par la suite, nous emprunterons plusieurs routes de campagne dans un secteur où le Tyran à longue queue est abondant.

Il est aussi possible de photographier le Tyran de Couch, le Bruant à joues marron et le Bruant sauterelle; de plus, en bordure de certaines de ces routes, nous pourrions y photographier le Dindon sauvage, le Colin de Virginie et la Maubèche des champs.

Bruant sauterelle, Texas

600mm f/4 + 2x; 1/1600, f/8, ISO 500.

Sac de fenêtre et Ground Pod

Photo: Daniel Dupont

Le Bruant sauterelle fréquente un environnement similaire à celui du Colin de Virginie. Je connais des sites où il est possible de le photographier.

Caracara du Nord adulte, Texas

600mm f/4 + 2x; 1/2000, f/8, ISO 400.

Main levée

Photo: Daniel Dupont

J’ai découvert un site privé où il est possible de photographier le Caracara. À l’une des visites, j’ai dénombré 32 individus. À la visite suivante, il y avait 52 individus sur le site. Ceux-ci devraient être abondants lors de l’atelier et, en fonction de la direction du vent, il pourrait être possible de faire une séance de prise de photos en vol.

Nous terminerons l’atelier vers 17h00.

Info après réservation :

À la suite de  votre réservation, je vous remettrai un horaire détaillé : sites visités, jour, heure, espèces vedettes pour chacun des sites, ainsi que l’endroit prévu pour coucher.

Je vous enverrai aussi la liste complète des oiseaux que j’ai photographiés lors des ateliers précédents, ainsi qu’une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que  type de vêtements, chaussures, chapeau, etc.

L’hôtel :

Je fais le choix de l’hôtel en fonction du site que nous visiterons le lendemain matin. Chaque participant aura une chambre individuelle. Je choisis aussi les hôtels en fonction des restaurants que nous pouvons trouver à proximité.

Les repas :

Nous prenons généralement le dîner ensemble, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de cette période. La pause dîner est généralement entre 11h 30 et 13h 30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre.

Pour le repas du soir, vous êtes libre de souper avec le groupe, mais si vous préférez un autre restaurant, ou que vous êtes accompagné de votre conjoint ou conjointe, vous serez libre de vos choix.

Même principe pour le déjeuner, vous pourrez vous joindre à  moi et à une partie du groupe ou choisir de manger quelques fruits à votre chambre. L’important est d’être prêt pour le rendez-vous matinal et de ne pas faire attendre le groupe.

Le transport :

Si vous arrivez en avion, je vous recommande d’utiliser l’aéroport de Corpus Christi. Il est possible d’avoir un vol de Montréal à Houston ou Dallas et par la suite d’avoir un transfert pour Corpus Christi.

Si vous utilisez une voiture de location, vous devrez prévoir faire environ 1000 km. En général, si vous réservez votre véhicule à l’avance, vous devriez bénéficier du kilométrage illimité.

Pour plusieurs des sites visités, nous photographierons de la voiture (je vous recommande donc l’emploi d’un sac de fenêtre).

Pour faciliter les déplacements, nous nous déplaçons en convoi. Je fournis une radio mobile par véhicule qui permet de rester en contact avec le groupe. J’indique tout au long du parcours la route que nous emprunterons.

Avant d’arriver à un site, je fais un résumé des techniques à utiliser et un rappel des oiseaux vedettes. Je vous donne aussi des indications concernant l’ajustement de votre matériel afin de minimiser votre temps de préparation à l’arrivée au site.

Photographier les oiseaux du Texas

Date : 22 au 27 mars 2020.  

Coût : 1500,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 400,00 $.

Paiement final : 15 février 2020

Nombre de places : reste 2 places.

J’aurai quelques places de covoiturage, le prix est de : 400,00 $ + taxes par personne.

Il est possible de débuter votre atelier plus tôt.

Date : samedi 21 mars.

Coût : 250,00 $ + taxes par jour.

Coût pour les accompagnateurs qui ne font pas de photo : 750,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

Photographier l’Islande 2019

Du 29 mai au 5 juin et du 10 au 17 juin 2019, j’animerai deux voyages ateliers de photo de huit jours en Islande. L’atelier sera consacré à la photo de nature : oiseaux et paysages. Nous immortaliserons les paysages spectaculaires que cette île volcanique peut offrir.

Nous porterons une attention particulière aux nombreuses chutes, cascades, rivières, ainsi qu’aux glaciers. Lors du repérage, j’y ai fait plus de 6000 photos en 12 jours de prise de vues.

L’atelier sera consacré à la photo de paysage, mais nous ferons aussi des photos animalières, selon la présence des oiseaux et l’observation possible de Caribous.

Nous ferons aussi des arrêts afin de photographier des moutons et des chevaux, qui sont omniprésents en Islande.

 

Paysage, Islande, mai 2018
70-200mm f/2,8 II @ 95mm; 1/60 sec, f/11, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre graduel Lee 0,6S
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Photo: Daniel Dupont

 

Nous ferons aussi quelques arrêts en bordure de la route pour immortaliser les magnifiques paysages de l’Islande qui peuvent aussi être très colorés.

 

Photographier L’Islande en juin 2019

Date : 29 mai au 5 juin 2019, complet.

Il est possible d’inscrire votre nom sur une liste de réservation en cas de désistement de l’un ou l’une des participant(e)s.

Acompte de réservation : 500,00 $.

Solde dû : 1er avril 2019.

Covoiturage : Je ferai la location d’un minibus et le coût est de 750,00 $ + taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 1250,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Le coût de la vie est beaucoup plus élevé en Islande : l’essence est à près de 3,00 $ le litre.

Vous devez prévoir entre 80,00 et 100,00 $ par jour pour les repas et de 175,00 $ à 300,00 $ par jour pour l’hébergement selon la ville où nous coucherons.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca

 

 

Chute, Islande, mai 2018
16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 1/4 sec, f/18, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre Lee 0,9
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Photo: Daniel Dupont

 

Cette chute est assurément la plus spectaculaire que j’ai observée lors de tous mes voyages. Un passage permet de se rendre derrière celle-ci pour réaliser des photos. L’imperméable est de mise, mais la sensation est magique.

 

Formations théoriques et pratiques recommandées avant de participer à cet atelier :

Ces formations ne sont pas obligatoires, mais vous permettront d’obtenir de meilleurs résultats et d’intégrer plus facilement les apprentissages sur le terrain.

Cours théorique :                                                              

Ateliers pratiques :

 

 

Glacier Jokulsarlon, Islande, mai 2018
24-70mm f/2,8 II @ 59mm; 1/40 sec, f/16, ISO 100
Filtre neutre graduel Lee 1,2S
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Photo: Daniel Dupont
 

Nous visiterons le secteur du glacier Jokulsarlon à plus d’une reprise afin d’y photographier des icebergs qui s’y détachent.

 

Matériel recommandé pour la photo de paysage :

Objectifs : 16-35mm, 24-70mm, 70-200mm ou équivalent.

Trépied : essentiel.

Télécommande : fortement recommandée.

Filtre polarisant : essentiel.

Filtre neutre : fortement recommandé.

Filtre neutre graduel : très fortement recommandé, il permet d’équilibrer la luminosité du ciel et du sol.

 

Matériel recommandé pour la photo animalière :

Objectif : 70-200mm,100-400mm, 200-500mm, ou similaire.

Trépied : très fortement recommandé.

Flash externe et Better Beamer : fortement recommandé.

 

Pour réservation 

daniel@danieldupont.ca

 

Sternes arctiques, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 300mm; 1/800 sec, f/8, ISO 500
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont

 

Lors du repérage, j’ai découvert quelques colonies de Sternes arctiques que nous tenterons de photographier. Il sera possible de faire des photos des oiseaux au sol et en vol. Cette période coïncidera aussi avec la nidification et nous pourrions avoir quelques opportunités comme celle-ci. 

Cette période de l’année coïncide aussi avec la nidification et nous devrions avoir de nombreuses opportunités pour photographier plusieurs espèces d’oiseaux, dont : Sterne arctique, Eider à duvet, Fulmar boréal, Huîtrier pie, Barge à queue noire, etc. 

 

 

Eider à duvet mâle, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/800 sec, f/5,6, ISO 500
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont
 

Lors du repérage, j’ai constaté la présence de plusieurs espèces d’oiseaux nullement apeurés par la présence humaine. J’ai approché cet Eider à duvet mâle qui était en bordure d’un stationnement et j’ai réussi un cadrage pratiquement impossible au Québec, puisque les oiseaux y sont beaucoup plus farouches.

 

Coulée de lave, Islande, mai 2018
24-70mm f/2,8 II @ 50mm; 1/100 sec, f/11, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre graduel Lee 0,6S
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Photo: Daniel Dupont

 

Certaines coulées de lave sont suffisamment vieilles pour être recouvertes de mousse verte. Ceci offre des possibilités diversifiées pour la photo.

L’Islande est un immense rocher. Son passé volcanique est responsable de plusieurs coulées de lave qui sont encore visibles. La population de l’Islande est de 330 000 résidants et 1,6 million de personnes visitent le pays chaque année.

 

Chute, Islande, mai 2018
16-35mm f/2,8 II @ 16mm; 0,3 sec, f/11, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre Lee 0,9, filtre neutre graduel Lee 0,6S
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Télécommande et niveau.
Photo: Daniel Dupont

 

Nous passerons la nuit à quelques minutes de cette chute afin d’y être tôt le matin, avant l’affluence des touristes.

Paysage côtier, Islande, mai 2018
70-200mm f/2,8 II @ 160mm; 0,8 sec, f/14, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre Lee Little Stopper, filtre neutre graduel Lee 0,6H
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Télécommande et niveau.
Photo: Daniel Dupont

 

Nous ferons un minimum de deux visites à cette plage de sable noir où nous tenterons de photographier de petits icebergs échoués sur une plage de sable noir. Lors du repérage, j’y suis allé à deux reprises, dont une soirée où j’y suis demeuré pendant 4 heures. J’attendais cette occasion avec fébrilité depuis plusieurs années.

 

Moi qui aime photographier des chutes et des cascades, j’ai été servi à souhait car elles y sont innombrables. Nous visiterons les plus spectaculaires, mais aussi des chutes moins connues et très photogéniques. J’ai été fortement impressionné par le potentiel photographique et photogénique de l’Islande. 

 

Chute, Islande, mai 2018
16-35mm f/2,8 II @ 28mm; 3,2 sec, f/11, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre Lee Little Stopper, filtre neutre graduel Lee 0,6S
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Télécommande et niveau.
Photo: Daniel Dupont

 

En participant à cet atelier, vous apprendrez à gérer l’exposition de vos photos dans des conditions de prise de vues difficiles. La brume et le ciel couvert nécessitent une bonne compréhension de la lecture de l’histogramme.

Nous débuterons et terminerons l’atelier à Reykjavik. La formation sera concentrée dans la partie sud de l’Islande, soit de la péninsule Snaefellsnes (village d’Anarstapi), jusqu’à la petite ville de Hofnn.

Nous couvrirons ainsi la plus belle partie de l’Islande et environ 750 km de côte entre les deux villes. Nous devrions rouler entre 1500 km et 2000 km au total de ce voyage atelier.

 

 

Arche, Islande, mai 2018
16-35mm f/2,8 II @ 20mm; 2 sec, f/11, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre Lee 0,9, filtre neutre graduel Lee 0,6H
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Télécommande et niveau.
Photo: Daniel Dupont
 

Cette arche est spectaculaire à photographier. Selon la marée, les vagues passent par l’arche principale et par la petite arche secondaire du côté droit d’où l’eau s’écoule en cascadant sur les rochers.

 

 Moutons, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 1250
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont

 

Les moutons font partie du paysage islandais et ils sont  virtuellement dans tous les champs. Dans certains secteurs plus au nord du pays, les terrains ne sont pas délimités par des clôtures et les animaux peuvent circuler librement sur la route. Nous devrions avoir de multiples occasions d’en photographier. 

 

L’atelier :

L’avantage de participer à un atelier photo avec un photographe professionnel est d’optimiser l’utilisation de votre temps, de vos énergies et d’améliorer les côtés techniques et artistiques de vos photos. J’encadrerai le groupe et vous conseillerai chaque jour en fonction des situations et des conditions de prise de vues afin que cette expérience demeure mémorable.

 

Paysage côtier, Islande, mai 2018
24-70mm f/2,8 II @ 39mm; 1,6 sec, f/11, ISO 100
Filtre neutre Lee Little Stopper, filtre neutre graduel Lee 0,6H
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Télécommande et niveau.
Photo: Daniel Dupont

 

Pour obtenir la bonne exposition, je privilégie le mode manuel. Celui-ci permet de choisir les paramètres sans que l’arrière-plan ne puisse modifier les ajustements de l’exposition. Je m’assure ainsi que les blancs ne soient pas brûlés et que l’emploi d’un filtre neutre graduel soit efficace.

Pendant l’atelier, j’expliquerai les meilleures techniques pour réussir vos photos de nature. Que ce soit dans le cas d’un paysage, d’un Caribou des bois, d’un mouton, d’un cheval ou d’un oiseau, j’adapterai la théorie en fonction des sujets photographiés.

 

Chevaux, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 360mm; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 800
Main levée
Photo: Daniel Dupont

 

Nous visiterons des secteurs d’Islande où il est possible de photographier des chevaux. J’insisterai alors sur l’importance de savoir réagir rapidement en fonction des scènes à photographier.

Puisque nous serons principalement en milieu maritime, il pourrait y avoir des journées où le ciel sera relativement couvert et y avoir des averses. Il est donc important d’avoir une gaine de protection contre la pluie pour votre matériel photo, ainsi que des bottes de pluie.

 

 

Paysage côtier, Islande, mai 2018
24-70mm f/2,8 II @ 33mm; 1/8 sec, f/16, ISO 100
Filtre neutre graduel Lee 0,6H
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Télécommande et niveau.
Photo: Daniel Dupont

 

L’Islande étant une île isolée relativement nordique, le mercure y est généralement plus frais qu’au Québec. De plus, le climat maritime est changeant en fonction des vents dominants. Si le vent se lève alors que le ciel est couvert, des brèches peuvent apparaître dans les  nuages et offrir des opportunités photo intéressantes.

Les habitudes de vie des Islandais diffèrent des nôtres et sont moins axées sur la productivité. Les commerces ouvrent rarement avant 10 am et ferment majoritairement à 17h.

Nous débutons généralement les journées entre 7h et 8h, selon la météo et l’endroit où nous avons couché. Les déjeuners inclus avec les hébergements sont rarement servis avant 8 h.

Nous tenterons de faire des photos d’un ou deux couchers de soleil, qui sont tardifs à cette période de l’année.  J’ajusterai l’horaire en fonction des conditions météo.

 

Glace et plage de sable noir, Islande, mai 2018
70-200mm f/2,8 II @ 70mm; 1 sec, f/20, ISO 100
Filtre polarisant, filtre neutre Lee 0,9, filtre neutre graduel Lee 0,6H
Trépied Vanguard 283 CT, tête Vanguard BBH-200
Photo: Daniel Dupont

 

L’intérêt premier de cet atelier est de photographier les magnifiques paysages côtiers de l’Islande. Nous coucherons deux nuits à proximité de cette plage afin d’y faire plus d’une visite. En fonction de la météo, nous tenterons d’y photographier un coucher de soleil.

 

Photo d’oiseaux :

Lors du repérage, j’ai photographié 35 espèces d’oiseaux et j’ai observé une dizaine d’autres espèces. L’atelier ne sera pas orienté vers la photo d’oiseaux, mais nous y consacrerons certains efforts en fonction de l’intérêt de la majorité du groupe et de la présence d’espèces intéressantes. 

 

Lagopède alpin, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 321mm; 1/640 sec, f/5,6, ISO 1000
Main levée
Photo: Daniel Dupont

 

Le Lagopède alpin est relativement abondant dans certains secteurs de l’île. Nous devrions avoir quelques occasions de le photographier.

 

Huîtier pie, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/1000 sec, f/8, ISO 400
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont

 

L’Huîtier pie est omniprésent sur l’île. Nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier. Lors du repérage, j’ai découvert trois nids de cette espèce, dont celui-ci avec un poussin.

 

 

Barge à queue noire, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/1000 sec, f/5,6, ISO 1000
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont
 

La Barge à queue noire est présente dans plusieurs secteurs de l’île. Nous devrions avoir quelques occasions de la photographier.

 

 

Chevalier gambette, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/800 sec, f/8, ISO 500
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont

 

Je n’ai observé le Chevalier gambette que dans quelques secteurs de l’île. Nous devrions l’observer, mais je ne peux garantir les opportunités de le photographier.

 

 

Cygne chanteur, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/800 sec, f/8, ISO 500
Main levée de la voiture
Photo: Daniel Dupont

 

J’ai observé quelques centaines de Cygnes chanteurs, dont trois oiseaux couvant. Nous devrions avoir plusieurs occasions de le photographier.

 

 

Fulmar boréal, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 320mm; 1/800 sec, f/8, ISO 500
Main levée
Photo: Daniel Dupont

 

Le Fulmar boréal est relativement abondant et sa présence près des côtes m’a surpris. Nous devrions être en mesure de le photographier à quelques reprises en vol et peut-être aussi posé sur l’eau.

 

 

Mouette rieuse, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 400mm; 1/2000 sec, f/10, ISO 500
Main levée
Photo: Daniel Dupont
 

Je n’ai observé la Mouette rieuse qu’à deux sites que nous visiterons pour y photographier d’autres espèces maritimes. Celle-ci pêchait avec des Fulmars boréaux et j’étais assis en bordure de l’eau pour photographier les deux espèces.

  

 

Eider à duvet mâle, Islande, mai 2018
100-400mm f/3,5-5,6 II @ 255mm; 1/2000 sec, f/10, ISO 500
Main levée
Photo: Daniel Dupont
 

J’ai photographié cet  Eider à duvet mâle au même site que la Mouette rieuse. Nous y passerons un certain temps afin d’y photographier quelques espèces.

  

Info après réservation :

À la suite de votre réservation, je vous remettrai des informations plus détaillées concernant l’horaire prévu, ainsi que les villages où nous coucherons. Je ferai les réservations d’hôtel pour l’ensemble des nuits et je vous confirmerai vos réservations avant le départ.

Je vous enverrai aussi une liste de choses utiles à ne pas oublier pour l’atelier, telles que types de vêtements, bottes, chaussures, tuque, etc.

Les repas :

Nous prendrons les dîners ensemble, souvent constitués d’un lunch, ce qui permet un échange entre les participants. Je suis toujours disponible pour répondre à vos questions lors de ces périodes. La pause dîner est généralement entre 11h00 et 13h30. Nous profitons aussi de cette pause pour nous déplacer d’un site à l’autre.

Pour le repas du soir, nous devrions les prendre principalement au restaurant du site où nous serons hébergés. Nous prendrons la majorité des déjeuners à l’hôtel, mais aussi quelques-uns sur la route en fonction du type d’hébergement.

Le transport :

Pour faciliter les déplacements, je ferai la location d’un minibus, le coût est de 750,00 $ par personne + taxes. Si vous préférez, il est aussi possible que vous fassiez une location de véhicule et que vous nous roulions en convoi. Je fournis alors une radio mobile pour chaque véhicule, ce qui permet de rester en contact avec le groupe. Tout au long du parcours, j’indique la route que nous emprunterons.

 

Photographier L’Islande en juin 2019

Date : 29 mai au 5 juin 2019, complet.

Nombre de places : 8 places.

 

Date : 10 au 17 juin 2019, reste 6 places.

Nombre de places : 8 places.

 

Prix : 2250,00 $ + taxes.

Acompte de réservation : 500,00 $.

Solde dû : 1er avril 2019.

Covoiturage : Je ferai la location d’un minibus et le coût est de 750,00 $ + taxes par personne.

Coût pour les conjoints accompagnateurs et qui ne font pas de photo : 1250,00 $ plus taxes.

Prendre note : les repas, l’hébergement et le transport pour se rendre et se déplacer sur place ne sont pas inclus.

Le coût de la vie est beaucoup plus élevé en Islande : l’essence est à près de 3,00 $ le litre.

Vous devez prévoir entre 80,00 et 100,00 $ par jour pour les repas et de 175,00 $ à 300,00 $ par jour pour l’hébergement selon la ville où nous coucherons.

Pour réserver

daniel@danieldupont.ca